Mort de Jacques Chirac : ses temps forts en Picardie

Le président Jacques Chirac lors d'un bain de foule à Amiens en 2006 / © PATRICK KOVARIK / AFP
Le président Jacques Chirac lors d'un bain de foule à Amiens en 2006 / © PATRICK KOVARIK / AFP

L'ancien président de la République, Jacques Chirac, est mort ce jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans. Au cours de sa vie politique il s'est rendu en Picardie une vingtaine de fois. Sa dernière visite officielle remonte à 2006.

Par Eline Erzilbengoa avec Pierre-Guillaume Creignou

Celui qui fut président de la République durant douze ans est mort ce jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans. Durant sa vie politique, il s'est rendu une vingtaine de fois en Picardie.

L'une de ses décisions les plus importantes concernant la région demeure celle du tracé du ferroviaire. En 1987, il annonce depuis Matignon que le TGV ne passera pas par Amiens. "Pour des raisons à la fois techniques et de rentabilité, en faisant abstraction de toutes les ambitions parfaitement légitimes des uns et des autres, c'est donc le tracé B qui a été retenu, c'est-à-dire Roissy, Arras, Lille", avait-il déclaré.
 
Le tracé B du TGV retenu par Jacques Chirac en 1987 ne passe pas par Amiens / © INA
Le tracé B du TGV retenu par Jacques Chirac en 1987 ne passe pas par Amiens / © INA


Ses déplacements au rythme des élections

Sa première visite en Picardie remonte à 1978. En leader du RPR, il se déplace à Abbeville dans la Somme. Trois ans plus tard, en 1981, il est à Amiens à dix jours du premier tour de la Présidentielle. 

Ses prises de paroles en terres picardes se font au rythme des échéances électorales, puisqu'il revient une nouvelle fois à Amiens en 1986 cette fois pour les législatives qui entraîneront la cohabitation.
Discours de Jacques Chirac au Parc Expo à Amiens lors des législatives de 1986 / © INA
Discours de Jacques Chirac au Parc Expo à Amiens lors des législatives de 1986 / © INA

Mai 1988, alors qu'il est Premier ministre et malgré sa décision de retenir le tracé B du TGV, Jacques Chirac, est accueilli chaleureusement à Abbeville. Il est alors candidat à la Présidentielle.

En 1995, il se déplace à Creil pour rencontrer les salariés de l'usine Chausson. Une fois élu président de la République, il développera une enveloppe de 53 millions de francs pour obtenir un plan social. L'usine fermera tout de même ses portes en 1996.


Sa visite présidentielle trois jours à Amiens

La même année, Gilles de Robien accueille le président Chirac pour un conseil municipal délocalisé à Amiens Nord, où le projet de zone franche sera adopté.

Durant trois jours, il consulte les élus picards et tire cette conclusion concernant l'histoire du TGV : "Je repars avec le sentiment que cette région de Picardie estime, et il n'y a pas de fumée sans feu, qu'elle a été en quelque sorte un peu brimée", avait-il avoué.
 

Un sommet tripartite à Compiègne

Lors de son premier mandat, il ne fera que deux autres apparitions dans la région : à Soissons et Saint-Quentin. Il reviendra en 2006 dans l'Oise, lors du sommet tripartite à Compiègne accompagné par les dirigeants allemands et russes. 
 
Le Président russe Vladimir Poutine, la Chancelière allemande Angela Merkel et le Président français Jacques Chirac lors du sommet tripartite à Compiègne le 23 septembre 2006 / © DENIS CHARLET / AFP
Le Président russe Vladimir Poutine, la Chancelière allemande Angela Merkel et le Président français Jacques Chirac lors du sommet tripartite à Compiègne le 23 septembre 2006 / © DENIS CHARLET / AFP

À l'automne de la même année, il fera son grand retour à Amiens pour les 10 ans de la zone franche. Ce sera sa dernière visite officielle en tant que président de la République. 
 
Jacques Chirac lors de sa visite présidentielle à Amiens le 14 novembre 2006 / © PATRICK KOVARIK / AFP
Jacques Chirac lors de sa visite présidentielle à Amiens le 14 novembre 2006 / © PATRICK KOVARIK / AFP

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus