Cateau-Cambrésis : le musée Matisse prête 13 œuvres au Centre Pompidou pour la rétrospective consacrée à l'artiste

Le musée Matisse du Cateau-Cambrésis a envoyé 13 œuvres au Centre Pompidou à Paris, à l’occasion de la rétrospective organisée par le musée national d’art moderne pour le 150ème anniversaire de la naissance de l’artiste.
 

Parmi les 230 oeuvres de Matisse exposées à l'occasion de "Matisse, comme un Roman" au Centre Pompidou, on retrouve plusieurs oeuvres prêtées par le musée Matisse du Cateau-Cambrésis, dont "Fenêtre à Tahiti", une gouache sur toile peinte en 1936, à gauche sur la photo.
Parmi les 230 oeuvres de Matisse exposées à l'occasion de "Matisse, comme un Roman" au Centre Pompidou, on retrouve plusieurs oeuvres prêtées par le musée Matisse du Cateau-Cambrésis, dont "Fenêtre à Tahiti", une gouache sur toile peinte en 1936, à gauche sur la photo. © IAN LANGSDON/EPA/Newscom/MaxPPP
Une première fois annulée en mai à cause du confinement, puis reportée en octobre, la grande exposition monographique Matisse, comme un roman ouvre ses portes ce mercredi 21 octobre au Centre Pompidou, à Paris. Le musée national d’art moderne présente 230 œuvres à l’occasion du cent-cinquantième anniversaire de la naissance de l’artiste, originaire du Nord. L’antidote parfait à la déprime ambiante.  Parmi celles-ci, 13 proviennent de la collection du musée Matisse du Cateau-Cambrésis, une fierté pour son directeur qui décrit une exposition "exceptionnelle" permettant de découvrir l'artiste sous un nouveau jour, "Matisse qui écrit."

Fenêtre à Tahiti, "notre chef d’œuvre"

On y retrouve notamment Fenêtre à Tahiti, une gouache sur toile peinte en 1936 qui a fait l’objet d’une donation au musée du Cateau-Cambrésis par l’artiste de son vivant, en 1952.25-2 Le Cateau-Cambrésis Musée Matisse (1869-1954) "Fenêtre à Tahiti""C’est un peu le chef d’œuvre du musée" raconte Lili Perre, régisseure du musée nordiste qui a accompagné les œuvres jusqu’au Centre Pompidou début octobre. "C’est un prêt exceptionnel parce qu’elle est assez fragile. D’ailleurs, dans le cadre de l’exposition, elle a été restaurée et ré-encadrée avant son départ pour Paris, afin d’assurer un maximum de sécurité."  Dans les allées de l’exposition Matisse, comme un roman, la gouache sur toile retrouvera son pendant, prêtée pour l’occasion par le musée Matisse de Nice (NDLR : voir la photo en tête de l'article)

"Nous partageons un seul et même projet : faire connaitre l’artiste et travailler autour de Matisse. Le prêt est essentiel pour découvrir des pans de l’œuvre de l’artiste. Ses œuvres étant réparties un peu partout sur la planète, seuls les grands musées peuvent proposer ce genre d’expositions."

Patrice Deparpe, directeur du musée Matisse au Cateau-Cambrésis

Sculptures et papiers découpés

Au-delà des peintures, le musée du Cateau-Cambrésis a également prêté à Paris plusieurs sculptures qui s’inscrivent dans le parcours chronologique mis en place dans l’exposition, retraçant les cinq décennies de création d’Henri Matisse (1869-1954). Le Serf, une sculpture que l’artiste aurait réalisée en plus de cinquante séances et qui fait penser à Rodin...Chillin' … ou encore le Grand nu assis, "la plus grande sculpture que Matisse ait faite" raconte le directeur du musée. Elle date des années 20 et s’inscrit dans la période d’après-guerre que Matisse consacre au corps féminin. Elle trouvera d’ailleurs sa place dans l’exposition avec les quatre nues de dos en bas-relief en bronze.
Matisse a réalisé une composition de papiers découpés gouachés, devenue couverture du couverture du livre Images à la sauvette d’Henri Cartier-Bresson.
Matisse a réalisé une composition de papiers découpés gouachés, devenue couverture du couverture du livre Images à la sauvette d’Henri Cartier-Bresson. © Henri Cartier-Bresson, Images a la Sauvette (Verve, 1952), couverture © Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos
Une autre œuvre du Cateau-Cambrésis, "pas forcément très montrée" explique la régisseure du musée, occupera également une place importante dans l’exposition qui fait le lien avec le l’œuvre du poète et romancier Aragon. Il s’agit d’un projet de couverture du livre Images à la sauvette d’Henri Cartier-Bresson, publié en 1952, "une composition de papiers découpés gouachés qui a servi de projet de couverture au livre" raconte Lili Perre. Salles après salles, les couleurs explosent et permettent aux visiteurs de s'évader et de découvrir une nouvelle facette de l'artiste, comme un antidote à l'ambiance morose. L’exposition Matisse, comme un roman ouvre ses portes mercredi 21 octobre, jusqu’au 22 février 2021, au Centre Pompidou à Paris.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture musée