VIDEO. Vague de chaleur : rush sur les climatiseurs à Cambrai

© S.Rosenstrauch
© S.Rosenstrauch

Avec l'arrivée des fortes chaleurs, les ventilateurs et les climatiseurs sont pris d'assaut. Plus de 3 semaines d'attente, dans le Cambrésis, pour installer l'air conditionné. Nous avons suivi un professionel débordé...

Par Narjis El Asraoui / Sergio Rosenstrauch

Depuis ce week-end, le téléphone d'Alexandre Leclerc, installateur d'air conditionné, est en surchauffe. De nombreux clients veulent effectivement installer un climatiseur. Mais il faudra prendre son mal en patience. " C'est directement lié à la météo. Notre planning est plein pour les trois semaines à venir. Les températures montent, le téléphone sonne," explique-t-il.

Suzanne Leclercq, est une chanceuse, elle, a pris les devants en amont. L'installation de cette climatisation ce lundi, arrive à point nommé, pour supporter l'épisode de canicule. "Il fait très chaud ici quand le soleil donne à partir de la fin de matinée et la température monte très vite. on a beau avoir un pare-soleil ce n'est pas suffisant", raconte-t-elle.
Canicule : le rush sur les climatiseurs

Pour l'entreprise cambrésienne, la semaine est bien chargée. Cette année, beaucoup de clients ont été prévoyants après les chaleurs de l'été dernier. Christian Bernard-Guele qui vient d'acquérir, une clim, explique son choix :"Une fois que la chaleur est rentrée, il n'y a plus aucun moyen d'arriver à la faire sortir en ventilant. Le seul moyen, c'est de faire rentrer de l'air frais".

Des épisodes de canicule de plus en plus fréquents… Une aubaine pour les entreprises du secteur, comme en témoigne Alexandre Leclerc :"la canicule est de plus en plus présente, donc, effectivement, le marché s'est amélioré de 17% au niveau national et nous connaissons une progression de 20% chaque année sur les ventes de climatisation".

Mais la climatisation reste une installation énergivore et polluante. Selon l'agence nationale de l'énergie, les émissions de CO2 liées à la clim devraient doubler d'ici à 2050. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus