Cargill Haubourdin : la direction défend son PSE, "vital pour le site" selon elle

La direction de Cargill met en cause les élus de la CGT, qui espèrent toujours faire annuler le plan social en justice, et dénonce "une guerre de terre-brûlée" conduite par le syndicat.
"Le projet de transformation, qui n’entraîne en réalité que 95 licenciements, est vital pour le site", déclare la direction de Cargill.
"Le projet de transformation, qui n’entraîne en réalité que 95 licenciements, est vital pour le site", déclare la direction de Cargill. © France 2
La direction de Cargill a défendu vendredi son projet de PSE, "vital" selon elle pour la survie de l'usine d'Haubourdin, dans le département du Nord, regrettant la "guerre de terre brûlée" engagée par la CGT, qui espère toujours faire annuler le plan social en justice.

"Rappelons (...) que la justice a déjà été saisie à deux reprises et a débouté par deux fois les demandes de la CGT", a déclaré la direction de Cargill.
 

"Le projet de transformation, qui n’entraîne en réalité que 95 licenciements, est vital pour le site."

Dirigeants de Cargill



Après avoir tenté dès février de contester la validité du plan social en justice, le comité social et économique (CSE) et la CGT avaient fait une nouvelle demande en référé en septembre pour réclamer la "suspension" du PSE. Début novembre, le tribunal judiciaire de Lille a rejeté leur demande.

Mais jeudi soir, les représentants des salariés ont annoncé avoir saisi la cour d'appel de Douai, contre un projet n'ayant "aucune justification valable au regard des profits colossaux de Cargill" et dénué de "véritable plan de prévention" des risques psycho-sociaux.
 
Homologué mi-août, ce PSE pourrait conduire au licenciement de 186 des quelque 300 salariés du site d'Haubourdin qui transforme du maïs, en provenance essentiellement du sud de la France et du sud de l'Europe, selon les chiffres de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi.

"95 licenciements" envisagés par Cargill


La direction de Cargill avait elle évoqué 129 licenciements au départ, grâce à la "création de 30 postes et un investissement de 30 millions d'euros dans les deux ans". Mais après avoir négocié une "trentaine de départs volontaires", elle dit envisager désormais "95 licenciements".

"Les quelques derniers élus CGT qui n'ont pas souhaité profiter du programme de départs volontaires sont aujourd'hui très esseulés et entrainent le CSE dans un nouveau combat stérile en poursuivant une guerre de terre-brûlée", juge la société, assurant rester "focalisée sur l'accompagnement des salariés (...) la sauvegarde et la pérennisation du site".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
licenciement économie emploi industrie