Cité Vauban à l'Unesco : Le Quesnoy "envisage de déposer une nouvelle candidature" après le retrait de Lille

Publié le

Le retrait de la candidature de Lille au classement du patrimoine mondial pour sa citadelle a de fait annulé celle des cités fortifiées du Quesnoy et de Breisach-am-Rhein. Malgré sa "déception", la maire du Quesnoy évoque la possibilité de partir seule, ou à deux, à la conquête du label Unesco.

Après le temps de la "déception" et de "l'étonnement', Marie-Sophie Lesne, maire du Quesnoy, souhaite rebondir. "On envisage de redéposer un dossier de candidature, a-t-elle déclarée, près de quinze jours après le retrait inattendu de Lille dans sa course au classement mondial de l’Unesco, impliquant les communes du Quesnoy et de Breisach-am-Rhein, liées au dossier commun. On ne veut pas rester sur un échec."

"Martine Aubry s'est retirée trop vite"

Pour rappel, le 28 octobre 2020, Martine Aubry, maire de Lille, adressait un courrier à la présidente du Réseau Vauban indiquant le retrait de la candidature de la citadelle lilloise au classement mondial de l’Unesco. Or, le Quesnoy et Breisach-am-Rhein, deux cités fortifiées, étaient rattachées à cette canditature. C'est alors l'ensemble du dossier qui tombait à l'eau. "Elle s'est retirée trop vite, déplore la maire du Quesnoy. Sur la question de la zone tampon, une négociation avec l'Unesco aurait pu avoir lieu."

Candidater seul ou à deux ?

Seule ou à deux, la cité du Quesnoy compte bien repartir à la conquête du label Unesco. Pour le moment, "deux hypothèses" sont envisagées. Celle d'un dossier commun avec Breisach-am-Rhein, autre ville laissée pour compte après la décision du retrait de la mairie de Lille, ou bien une candidature en solitaire du Quesnoy. Pour l'heure, "rien est arrêté."

"On ne part pas de zéro, tout ce travail capitalisé n'a pas été fait pour rien"

Marie-Sophie Lesne, maire du Quesnoy

La constitution d'un nouveau dossier n'est pas chose aisée. "C'est un processus long, extrêmement précis et rigoureux, indique l'édile. Mais il faut tenter le coup." Grâce à l'ensemble des démarches entreprises depuis 2014, la mairie du Quesnoy, via le Réseau Vauban, qui porterait sa nouvelle candidature, peut s'appuyer sur le travail réalisé jusqu'ici. "On ne part pas de zéro, tout ce travail capitalisé n'a pas été fait pour rien", rassure-t-elle.

L'avis du Ministère de la culture compte

Prochaine étape ? "On doit allé voir le Ministère de la culture", explique Marie-Sophie Lesne. On veut savoir ce que l'Etat pense de nos chances." Cette nouvelle candidature peut-elle conclure ? "On se pliera à ce qu'ils nous disent."

L'édile à la tête de la cité fortifiée par Vauban rappelle que l'inscription au classement du patrimoine mondial de l'Unesco "serait un beau coup de projecteur pour le Quesnoy."