Citadelle de Lille à l'Unesco : la mairie explique pourquoi elle a retiré sa candidature

Lille a retiré sa candidature mi-novembre pour le classement de la Citadelle au patrimoine mondial de l'Unesco. Une décision qui a pris de cours de nombreux acteurs du projet et que la mairie a expliqué lors d'une conférence de presse. 
© PHOTOPQR/LE PARISIEN
La mairie de Lille a retiré mi-novembre sa candidature pour faire classer la Citadelle de Lille au patrimoine mondial de l'Unesco et s'est expliquée lors d'une conférence de presse.

Parmi les raisons évoquées, il y a la difficulté d'ouvrir ce bâtiment militaire au grand public ou encore l'obligation d'abattre des arbres pour mieux voir le monument. 

Mais l'argument principal, c'est une zone tampon (en rouge sur la carte ci-dessous). Un périmètre de protection très élargi autour de la citadelle aurait obligé la ville à consulter l'Unesco pour tout aménagement, comme la création d'un nouveau trançon de tramway.
 
© France 3

"Ces exigences contraignent la ville à inscrire le périmètre Monument Historique de 94 hectares incluant l’esplanade et les rives de la Deûle jusqu’au canal à grand gabarit, ainsi qu’une zone tampon plus vaste encore", peut-on lire dans un communiqué. 

Marie-Pierre Bresson, adjointe à la maire de Lille, justifie la décision du retrait par le fait qu'après "trois ans d'instructions de dossiers et de blocages conséquents", ils ne peuvent pas mener leur "politique de développement durable", entre autres. Toutefois, elle assure que la ville ne perd pas "ce rayonnement international que nous avons avec le beffroi."  

Une décision contestée par l'opposition

Le classement au patrimoine mondial est discuté depuis 2017 alors que certains projets d'aménagements, comme le nouveau trançon de tramway ou le Canal Seine-Nord n'ont été adoptés qu'en 2019. Une incohérence que pointent du doigt plusieurs élus. 

"On a eu tous les pretextes : le tramway, les arbres, des projets d'aménagement, le Canal-Seine Nord, énumère Stéphane Baly, élu EELV de l'opposition. Aujourd'hui, aucun de ces pretextes ne tiennent.

Pour, Violette Spillebout, élue LREM, "Martine Aubry va être mise en difficulté, parce qu'il y a aussi des experts, il y a l'Unesco" et "un certain nombre d'acteurs de l'espace Vauban, aussi concernés par ce classement, ont leur mot à dire."
Citadelle

L'opposition a déposé un voeu pour le prochain conseil municipal qui aura lieu vendredi 11 décembre. Il permet de débattre de cette décision, sans valeur juridique. Classer la Citadelle de Lille au patrimoine mondial de l'humanité est pourtant une belle promesse pour la ville, qui lui apporterait à peu près 20 % de touristes en plus. 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
unesco culture patrimoine