Féminicide : ouverture devant les assises du Nord du procès du meurtrier présumé d'Élodie Lempereur, mère de famille tuée à Hautmont

Publié le Mis à jour le
Écrit par Baptiste Mezerette

Ce lundi 3 janvier 2021, trois ans après les faits, s'ouvre le procès du meurtrier présumé et ex-conjoint d'Élodie Lempereur, à la cour d'Assises du Nord, à Douai. Il durera trois jours. La mort de cette jeune femme, âgée de 28 ans à l'époque, avait suscité l'émoi dans la commune de Hautmont.

Ce lundi 3 janvier, à la cour d'Assises du Nord, s'ouvre le procès de l'assassin présumé et ex-conjoint d’Élodie Lempereur, une mère de famille tuée à son domicile, dimanche 29 avril 2018.

Un procès douloureux

Ce procès réveillera, trois ans après les faits, des souvenirs douloureux dans la commune de Hautmont. Une semaine après le meurtre de cette jeune femme âgée alors de 28 ans, ils étaient plusieurs centaines à lui rendre hommage lors d'une marche blanche organisée en soutien à la famille.

Plongé dans une vive émotion, le cortège affichait le visage de cette jeune maman, employée au centre commercial Auchan de Louvroil, qui habitait dans un appartement située sur la place Saint-Pierre, en plein centre-ville.

L'acte ignoble d'un conjoint

Élodie Lempereur a été retrouvée morte à son domicile. Son compagnon de l'époque est accusé de l'avoir tué à l'issue d'une dispute. Il lui aurait alors tiré dessus à plusieurs reprises, avec une arme à feu. Avant de prendre la fuite.

L'ignominie du drame ne s'arrête pas là. En quittant les lieux, l'homme dit à la petite fille d’Élodie âgée de huit ans, qui patientait à l'entrée de la maison, d'aller voir sa mère, gisant au sol dans sa chambre.

Verdict rendu mercredi

Le suspect avait été retrouvé quelques heures plus tard, puis placé en garde à vue. "Il vivait dans une commune voisine. Élodie le connaissait à peine, depuis quelques semaines seulement", précisait le maire de Hautmont, au lendemain du drame.

L'auteur présumé des faits sera jugé pour "meurtre par une personne étant ou ayant été conjoint". Les audiences de la cour d’Assises dureront trois jours. Le verdict est attendu dans la soirée de mercredi 5 janvier.

Un procès qui se heurte à l'actualité

Ce procès fait un triste écho à l'actualité nationale, alors que ce début d'année a été marqué par trois féminicides, dans le Maine-et-Loire, en Meurthe-et-Moselle et à Nice, recensés pour la seule journée du 1er janvier 2022.

Des meurtres suscitant la colère et l'indignation de certaines associations. "Emmanuel Macron, trois féminicides en 24 heures et aucune réaction. C’est atroce", a ainsi twitté le collectif #NousToutes. "Il faut encore améliorer la législation, en permettant aux femmes de dissimuler leur adresse lorsqu’elles quittent le domicile avec leurs enfants", avance de son côté Françoise Brié, directrice générale de la Fédération Nationale Solidarité Femmes.

113 féminicides en 2021, en France

Au total, en France, 113 féminicides ont été dénombrés par l'association #NousToutes, en 2021. C'est près d'une femme tuée tous les trois jours par un conjoint ou son ex-conjoint. En 2020, les Hauts-de-France se classaient parmi les quatre régions les plus touchées par ce phénomène.