Tendance : une ancienne chapelle transformée en espace de coworking et de réinsertion

À Somain, dans le Nord, la chapelle Sainte-Barbe va devenir un centre de réinsertion sociale et professionnelle. Fermé au public depuis le début des années 2000, ce lieu emblématique du bassin minier bénéficie de subventions de la Fondation du patrimoine pour être réhabilité.

C'est une vieille bâtisse de 112 ans. Un édifice qui a d'abord connu les rires et les cris d'enfants, puis les prières et les cérémonies. Il deviendra bientôt un espace de réinsertion professionnelle et sociale.

Marie-Thérèse Cardot garde de bons souvenirs des journées passées ici, pendant son adolescence. Dans les années 1960, la Chapelle Sainte-Barbe située dans le quartier de Sessevalle à Somain était une salle de patronage réservée aux enfants de mineurs : "on venait ici pour jouer, parce qu’on n’avait pas de jeux à la maison. Les garçons étaient autour du baby-foot, moi je préférais les échecs ou le jeu de dames", évoque Marie-Thèrèse, nostalgique. "Il y avait aussi le parc de jeux juste derrière, avec le bac de sable, la piscine, la piste de patins à roulettes, c’était super."

En 1983, le bâtiment devient la Chapelle Sainte-Barbe, du nom de la patronne des mineurs. Jusqu'au début des années 2000, on y célèbre les mariages, les communions, les enterrements.

Puis le lieu tombe en désuétude : "la municipalité de l'époque a même dû murer toutes les entrées par mesure de sécurité", explique Julien Quennesson, maire (PCF) de Somain. Ce n'est qu'en 2020 que le diocèse de Cambrai accepte de vendre le site à la ville, "et dès le rachat, nous avions ce projet d'espace de réinsertion".

Des travaux toujours en cours

La première pierre a été posée en novembre dernier. "Ensuite on a procédé aux travaux de désamiantage et de dépollution", détaille l'édile. Le chantier est toujours en cours : "en ce moment, c'est la phase de rénovation de l'extérieur. La toiture est terminée, les fenêtres sont en train d’être posées. Les joints et les briques sont nettoyés. Enfin, il restera l’intérieur à aménager".

L'objectif de cet espace sera de réintroduire le maximum de personnes sur le marché de l’emploi. On sent que ce lieu a un passé particulier, et j’ai envie de continuer à le faire vivre.

Julien Quennesson, maire (PCF) de Somain (Nord)

France Télévisions

Bureaux, salles de réunion, espaces de coworking, les 360 mètres carrés du lieu seront dédiés au recrutement et à la formation. "Il manquait un lieu pour réunir tous les acteurs de l’insertion sociale et professionnelle" reconnaît Julien Quennesson. "L'objectif de cet espace sera de réintroduire le maximum de personnes sur le marché de l’emploi. On sent que ce lieu a un passé particulier, et j’ai envie de continuer à le faire vivre."

150 000 € par la Fondation du patrimoine

Pour cela, la municipalité a bénéficié du soutien de plusieurs financeurs, dont la Fondation du patrimoine. Pour Bertrand Riquier, chargé de mission de la Fondation dans le Nord, "un bâtiment restauré est mieux entretenu lorsqu’il a un usage pour le grand public. Mettre de l’argent dans une coquille vide n’a pas d’intérêt. Là on est sur une réhabilitation utile pour la population."

Sur le million d'euros de budget nécessaires aux travaux, 150 000 euros seront versés par la Fondation du Patrimoine. Une première pour un bâtiment du bassin minier. Mais d’autres projets sont en cours, comme la réhabilitation de la fosse numéro 2 des mines de Flines, basée à Anhiers.

À Somain, les habitants du quartier de Sessevalle saluent la restauration de l'ancienne chapelle Sainte-Barbe, à commencer par Marie-Thérèse Cardot : "je suis contente que le bâtiment soit conservé. Ce qu’ils vont faire, ça va être magnifique. Au moins les murs restent, et nous, on garde nos souvenirs en tête."

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité