Cet article date de plus de 3 ans

Nuit des Noirs à Dunkerque : "Nous n'avons pas peur", explique le chef des Noirs avant le bal

Alors que la polémique a mis en lumière la Nuit des Noirs à Dunkerque, qui se déroulera samedi soir, le chef des Noirs Bernard Vandenbroucque tient aujourd'hui à apaiser les esprits et se concentrer sur ce qui sera pour lui son dernier bal. 
"C'est une ruche autour de moi", sourit Bernard Vandenbroucque, chef des Noirs. A 24 heures du lancement des festivités, près de 200 bénévoles grouillent en effet au Kursaal; le Bal des Noirs commence samedi, à 22h, et jamais il n'a été autant attendu et scruté. "Pour le moment on termine d'installer la décoration, les noms des bars..."

Se concentrer sur l'événement tel qu'il l'a toujours connu : c'est aujourd'hui la priorité pour Bernard Vandenbroucque. La polémique passe après. "Évidemment, je ne m'attendais pas à une chose pareille, ça m'a touché. Mais je préfère ne plus en parler." Depuis le mois de décembre, des associations antiracistes s'en prennent en effet avec véhémence à l'événement, estimant que le "blackface" - le fait de se déguiser en Noir - est un acte raciste. Des internautes avaient par ailleurs demandé l'annulation du bal. 

Alors faut-il s'attendre à une action de ces militants antiracistes samedi soir ? "Nous n'avons pas peur", précise Bernard Vandenbroucque. 

Le bal aura lieu. Soutenu par le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, qui avait publié une tribune à ce sujet. "A l'heure où progressent intolérance et tentation d'embastiller tout ce qui fait différence, les Dunkerquois continueront à défendre avec beaucoup d'autres le droit à la caricature", écrivait-il dans une tribune publiée dans le Monde. 


Les 50 ans du bal


A quoi s'attendre samedi soir ? "On va faire un beau bal traditionnel, on va faire la fête, c'est tout", explique Bernard Vandenbroucque. "C'est vraiment un bal de carnaval traditionnel, plein de couleurs et sans artifices." 6500 personnes sont attendues à l'événement, dont les tickets d'entrée ont tous été pré-vendus. 



Un bal à la saveur particulière pour le chef des Noirs, pour qui une page se tourne. "Cette année on fête les 50 ans du bal... et mes 50 ans par la même occasion", sourit le Dunkerquois. "Ce sera mon dernier bal, après je démissionne." Son successeur prendra le relai au mois de juin. 



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société carnaval de dunkerque culture fêtes locales