Hauts-de-France : êtes-vous exposé au risque nucléaire en cas d'accident ?

Carte des risques nucléaire - Greenpeace

L'association Greenpeace a dévoilé cette semaine une carte du risque nucléaire en France. Découvrez si, selon l'ONG, vous habitez dans une zone à risques.

Par M. F.

La région Hauts-de-France compte une seule centrale nucléaire, celle de Gravelines, dans le département du Nord. La centrale mise en service en 1980 compte 6 réacteurs.

L'association Greenpeace a dévoilé cette semaine une carte du risque nucléaire, selon son lieu d'habitation. Elle a tracé trois zones autour de chacune des 19 centrales nucléaires françaises :
  • Une zone PPI (Plan particulier d'intervention) : dans cette zone de 10 kilomètres autour de la centrale, un plan d'action répertorie l'ensemble des mesures qui doivent être prises en cas d'accident nucléaire.
  • Une zone Fukushima : cette zone de 100 kilomètres autour de la centrale correspond à l'impact radiologique d'un accident comparable à celui de Fukushima
  • Une zone Tchernobyl : cette zone de 300 kilomètres autour de la centrale correspond à l'impact radiologique d'un accident comparable à celui de Tchernobyl
Seule la zone autour de Gravelines est concernée dans la région par un plan particulier d'intervention en cas de défaillance de la centrale nucléaire de Gravelines.

Mais si on considère les zones Fukushima et Tchernobyl établies par Greenpeace, tous les Hauts-de-France se retrouvent confrontés aux risques nucléaires. La région serait aussi dans les zones Fukushima ou Tchernobyl d'autres centrales françaises, comme celle de Penly en Seine-Maritime ou celle de Chooz dans les Ardennes.
 
La carte d'exposition aux risques nucléaires autour de la centrale de Gravelines. / © Greenpeace
La carte d'exposition aux risques nucléaires autour de la centrale de Gravelines. / © Greenpeace

Vous pouvez tester vous-même votre exposition au risque en renseignant votre commune dans la carte proposée par l'association.
►► Consulter la carte en plein écran

En  2016, le gouvernement avait annoncé l'extension de la zone de plan particulier d'intervention à 20 km autour des centrales. Une mesure jugée insuffisante par Greenpeace qui réclame une extension à 80 kilomètres autour des centrales. 

L'association souhaite également que la distribution préventive de comprimés d'iode soit étendue à tous les habitants situés à moins de 100 kilomètres d'un réacteur nucléaire. La prise de comprimés d’iode permet, en cas d’accident nucléaire, de protéger la thyroïde contre les effets des rejets d’iode radioactif. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La pêche électrique en question

Les + Lus