LOSC : Galtier n'a “aucune inquiétude sur un plan financier”

© MAXPPP
© MAXPPP

Christophe Galtier, l'entraîneur du club de Lille qui a été interdit de recrutement puis rétrogradé en Ligue 2 à titre conservatoire par la DNCG, a déclaré vendredi n'avoir "aucune inquiétude sur un plan financier" et que "le seul souci, c'est un souci sportif".

Par AFP

"On doit faire en sorte que l'on se maintienne en Ligue 1 parce que pour la saison prochaine, je n'ai aucune inquiétude et j'ai toute confiance en mon président, en la direction du club", a expliqué le technicien nordiste. "J'échange beaucoup avec eux, je passe du temps avec le président (Gérard Lopez) au téléphone. Ce n'est pas parce qu'une personne n'est pas là physiquement qu'elle est absente. Le président est dans une logique de faire en sorte que le club puisse l'an prochain avoir les moyens de s'améliorer, de se renforcer", a ajouté Galtier, arrivé dans le Nord fin 2017, un mois après la mise à l'écart de Marcelo Bielsa, finalement licencié pour faute grave mi-décembre.

"Le président avait été clair avec moi à quatre-cinq jours de la clôture du mercato. Il a fait ce qu'il m'avait dit. Nous avons des  changes où nous abordons tous les sujets. Il est très transparent sur tous les sujets", a souligné l'entraîneur lillois. "La seule crainte est sportive. Si j'avais un message à faire passer, et ce n'est pas le cas, mais je vais le faire quand même, ça serait: +Il ne faut avoir aucune inquiétude sur un plan financier concernant une éventuelle rétrogradation la saison prochaine. L'inquiétude, on doit l'avoir sur le plan sportif. On doit se concentrer sur ça car c'est le sportif qui fera que le club sera en Ligue 1 ou pas+", a-t-il conclu.


Bataille judiciaire

Le LOSC, qui visait une place dans le Top 5, occupe actuellement la 18e place de L1, synonyme de barrage pour le maintien, avant un déplacement périlleux à Nantes dimanche (17h00) lors de la 25e journée.

Le club nordiste est aussi empêtré dans une bataille judiciaire avec son ancien entraîneur argentin, qui lui réclame plus de 18 millions d'euros et a multiplié les recours (tribunal de commerce, commission juridique de la LFP, prud'hommes) pour parvenir à ses fins.

A lire aussi

Sur le même sujet

Histoires 14-18 : Louis-Marie Cordonnier, l'architecte de la reconstruction

Les + Lus