Coronavirus : Kelu Abstract, street artiste lillois, a décidé de "protéger les statues" du virus en les masquant

Publié le Mis à jour le
Écrit par Noémie Javey
Le street artiste lillois, Kelu Abstract a décidé de masquer les statues pour attirer le regard des passants et les faire sourire durant cette période de confinement.
Le street artiste lillois, Kelu Abstract a décidé de masquer les statues pour attirer le regard des passants et les faire sourire durant cette période de confinement. © @Kelu Abstract

Et si les statues avaient elles aussi besoin d'être protégées du coronavirus ? Le street-artiste lillois, Kelu Abstract, a décidé de redonner le sourire et d'attirer le regard des passants en masquant les statues de la capitale des Flandres. 

"On a la chance d'avoir un patrimoine à Lille, on ne le regarde pas forcément. L'art urbain, c'est aussi les statues, c'est même la première forme de street art", reconnaît Kelu Abstract, street-artiste lillois. Durant cette période de confinement, il a décidé de masquer les statues de la ville et apporter un peu de bonne humeur aux passants. 

"La situation actuelle est particulière. On doit se masquer le visage, ce n'est quand même pas anodin de se cacher le visage. En cas de délit, c'est même considéré comme une circonstance agravante", tient à faire remarquer le Lillois. "Avec ce travail, je propose qu'on y réfléchisse pendant deux minutes, que ce soit sur la route du travail ou pour aller chercher ses enfants."
 

Masquer les statues, la face gaie de son art


L'idée lui vient après avoir réalisé une série de "Covid Art" : "J'ai détourné des affiches de la ville de Lille en peignant dessus des personnes masquées. J'avais déjà cette démarche de parler du coronavirus à travers mon art."
 

Lors de ses "déplacements brefs" dans les rues de Lille, il est attiré par les statues : "Je les regarde souvent parce que je trouve qu'on passe souvent à côté sans les voir. Un jour où j'avais mon masque, j'ai décidé de le passer sur une des statues. J'ai remarqué que ça avait fait marrer les gens qui m'ont vu faire. J'ai décidé de continuer car, au final, ça a fait sourire quatre ou cinq personnes. Sur une journée, c'est déjà ça de pris et on en a bien besoin."
   

"Il y a toujours une part de risque, c'est ce qui fait la valeur de l'action"


Quand les gens lui demandent pourquoi il fait ça, il répond avec humour : "Ces statues étaient là avant nous, il faut que quelqu'un les protège de la contamination. Elles font partie de notre patrimoine."
 
Une raison suffisante pour cocher la case de "l'assistance aux personnes vulnérables" sur son attestation de déplacement dérogatoire ? "Ce qui est bien, c'est de prendre un sac de courses vide", conseille-t-il pluôt, "mais il y a toujours une part de risque, c'est ce qui fait la valeur de l'action. Ce sont des endroits très passants et quand je monte sur la statue, c'est difficile de me justifier si je me fais contrôler, mais il faut que quelqu'un le fasse."
 



 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.