Humidité, manque d'isolation, cafards : le quotidien des étudiants dans une résidence Crous de Lille

L'état de dégradation des chambres louées par le Crous est très important. / © Emmanuel Quinart / France 3
L'état de dégradation des chambres louées par le Crous est très important. / © Emmanuel Quinart / France 3

Certaines chambres louées par le Crous aux étudiants sur le campus lillois n'ont jamais été rénovées depuis leur construction dans les années 1960. Les étudiants y vivent dans des conditions très difficiles entre humidité, cafards et manque d'eau chaude.

Par M. F.

Humidité, absence d'isolation, cafards. Bienvenue dans une résidence Crous de la Cité scientifique du campus de Lille-1 à Villeneuve-d'Ascq.

C'est dans une chambre de 9m², dite "traditionnelle", qu'un étudiant en master qui souhaite rester anonyme vit depuis 5 ans pour 162 euros par mois.

"On a beau faire tous les efforts possibles pour avoir un appartement propre, dès lors que les bâtiments sont infestés de cafards, on en voit régulièrement qui passent", témoigne-t-il.

Ce sont des conditions qui ne sont pas vraiment normales


"Il y a des coupures de courant, il y a des fuites", ajoute-t-il. "C'est déjà arrivé à plusieurs reprises qu'il n'y ait pas d'eau chaude. Donc on doit prendre des douches froides."

"D'accord les loyers ne sont pas chers, mais ce serait bien d'avoir quelque chose d'un peu décent à côté."

Humidité, manque d'isolation, cafards : le quotidien des étudiants dans une résidence Crous de Lille
Certaines chambres louées par le Crous aux étudiants sur le campus lillois n'ont jamais été rénovées depuis leur construction dans les années 1960. Les étudiants y vivent dans des conditions très difficiles entre humidité, cafards et manque d'eau chaude. - France 3 Nord Pas-de-Calais - Sarah Nuyten, Emmanuel Quinart, Bertrand Deleporte

Un bâtiment jamais rénové

Ce bâtiment n'a jamais été rénové. Les chambres de 9m2 qui datent des années 1960 sont aujourd'hui les moins chères du parc universitaire. Ce sont donc souvent les étudiants les plus précaires qui y vivent.

D'autres logements du parc sont en cours de réhabilitation. Le Crous qui gère les résidences et dépend des subventions de l'état, pointe un manque de moyens.

"Il reste au sein du parc du Crous, notamment sur l'agglomération lilloise et spécifiquement sur le site de Lille-1, un volume non négligeable de chambres qui n'ont pas fait l'objet d'une réhabilitation", précise Michaël Simon, responsable du site de Lille 1 au Crous.

"Sachant que les réhabilitations ne peuvent se faire qu'avec des budgets, des crédits d'investissement qui nous sont alloués par le Cnous [Centre national des œuvres universitaires et scolaires ndlr]. Et c'est le seul pourvoyeur de fonds"

Sur les 4 000 chambres du campus de la cité scientifiques, plusieurs centaines restent à réhabiliter en urgence. La résidence de notre étudiant en master est la prochaine sur la liste. Les travaux devraient débuter en mars 2018.

A lire aussi

Sur le même sujet

Témoignage du père d'un patient de l'hôpital Pinel

Près de chez vous

Les + Lus