Municipales à Lille : les Lillois vont-ils devoir re-voter ? Spillebout et les Verts déposent un recours

Les candidats perdants de ces municipales dimanche soir, n'ont eu que jusqu'à ce soir 18 heures pour déposer un recours. Sur le fil, les Verts ont annoncé déposer un recours. Il sera examiné par le tribunal administratif, en principe dans un délais maximum de 3 mois.

Aubry, Baly et Spillebout à Lille ce dimanche matin
Aubry, Baly et Spillebout à Lille ce dimanche matin © AFP / FRANCE 3
 
Alors que le conseil municipal de Lille pour élire la maire et ses adjoints a eu lieu ce vendredi après-midi, la légitimité de l'élection se pose chez les adversaires de Martine Aubry.

Les Verts ont finalement décidé de déposer un recours


"Il n'y a aucun esprit revanchard chez moi. Pour gagner, il faut savoir perdre" a déclaré Stéphane Baly à Médiacités. Le candidat malheureux expliquait à nos confrères, que depuis dimanche beaucoup de personnes viennent le voir en lui disant de faire un recours. Il a donc fait vérifier les votes. Six personnes étaient à pied d'oeuvre depuis jeudi mais il a fallu faire vite. Les Verts n'avaient que jusqu'à 18h pour déposer leur recours. Stéphane Baly nous a fait savoir juste avant le conseil municipal qu'il déposait un recours. Une décision motivée par "un faible écart de voix, des irrégularités de campagne, des irrégularités le jour du vote.


Violette Spillebout dépose un recours en dénonçant des pressions sur les associations et les commerçants

© M-N Grimaldi
Violette Spillebout, elle, lors d'une conférence de presse a expliqué les modalités du recours qu'elle dépose contre l'élection de Martine Aubry. Il s'agit d'un document d'une vingtaine de pages. Elle dénonce notamment la diffusion d'un documentaire " La Dame de Lille", la médiatisation des appels à voter de la droite lilloise, l'embauche d'une sportive populaire qui fait partie du comité de soutien de Martine Aubry, des irrégularités avec des procurations acceptées à tort notamment... Le point principal de ce recours étant la question de l'envoi d'un mail à toutes les associations lilloises, demandant de soutenir Martine Aubry, qui selon l'ex-candidate soutenue par LREM, constitue "une tentative d'influencer une partie du collège électoral". La présidente de l'ALFPH (association subventionnée par la mairie) Meriem Amouri a envoyé à son carnet d'adresse, via son adresse mail personnelle, cet appel pour la maire sortante. A la Voix du Nord, cette ancienne colistière de Martine Aubry en 2014 a déclaré, s'être trompée dans la liste d'envoi, (« C’est une erreur d’aiguillage », une « erreur personnelle (…) de carnet d’adresses »). Reste que dans ce courrier il était indiqué « Sans réponse de votre part, je considère que vous souhaitez vous inscrire clairement sur le soutien à cet appel (…) et donc à Martine Aubry. » . Une phrase qui a choqué certaines associations. Suffisant pour avoir influencé le vote ? C'est ce que pense Violette Spillebout, qui estime qu'il s'agissait de pressions indirectes  sur les subventions des associations. Ce sera au tribunal de statuer.

En principe, le tribunal administratif doit statuer dans un délai de deux mois (trois mois maximum) sur les protestations dont il est saisi en tant que juge électoral. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter