Municipales à Lille : Violette Spillebout réplique aux critiques sur sa collaboration passée avec Martine Aubry

Violette Spillebout, en septembre 2019 / © Violette Spillebout Lille / FACEBOOK
Violette Spillebout, en septembre 2019 / © Violette Spillebout Lille / FACEBOOK

La candidate LREM répond aux attaques de Jean-René Lecerf, président du Conseil départemental du Nord.

Par AFP

La candidate LREM aux élections municipales à Lille, Violette Spillebout, a répliqué samedi aux critiques liées à sa collaboration passée avec Martine Aubry, soulignant auprès qu'elle ne devait pas "allégeance" à vie à la maire socialiste.

"Je ne laisserai salir ni mon histoire, ni mes convictions et je souhaite, face aux nouvelles attaques personnelles du président du Conseil départemental du Nord, rappeler à certains qui, aujourd'hui, incarnent "l'Ancien Monde" et qui (...) entretiennent une campagne de dénigrement malsaine et irrespectueuse, que les temps ont changé", a déclaré Mme Spillebout.
 

"Elle mord la main qui l'a nourrie", l'a accusée mercredi Jean-René Lecerf, président divers droite du Conseil départemental. Chargée de mission auprès de Pierre Mauroy puis de Martine Aubry, avant d'être sa directrice de cabinet (2008-2013), "j'ai servi la ville de Lille pendant 16 ans", souligne Mme Spillebout, elle-même ex-PS.

"Fin 2013, il y a 6 ans, à la fin du deuxième mandat de Martine Aubry, mes désaccords politiques, tant sur le projet que sur la méthode, étaient si profonds que j'ai décidé -alors que je voulais prendre des responsabilités politiques- de renoncer à me présenter sur sa liste et à être élue à Lille et à la métropole", a-t-elle encore affirmé.
 

"Allégeance"


Violette Spillebout rappelle qu'elle a alors "intégré la SNCF (...) où (elle) a beaucoup appris". Mais les proches de Mme Aubry affirment qu'elle n'a jamais exprimé de désaccord politique et que c'est grâce à la maire de Lille qu'elle a été embauchée à la SNCF. "Ce n'est pas parce qu'on a travaillé aux côtés d'une personnalité politique qu'on lui doit allégeance pour le reste de ses jours", argue Mme Spillebout pour justifier sa candidature face à Mme Aubry.

"Qui peut donner crédit", lâche-t-elle encore à l'endroit de M. Lecerf, "aux propos d'un élu opposition à Lille, élu sur une étiquette LR en 2014, ayant quitté sa formation politique pour appeler, avant la fin de son mandat, à voter pour le maire sortant, tout en ayant, en l'espace de deux à trois mois, soutenu deux à trois candidats différents ?".

Jean-René Lecerf avait soutenu la députée LREM Valérie Petit face à Violette Spillebout lors de leur âpre bataille pour l'investiture LREM mais il n'a pour l'heure pas appelé à voter pour Martine Aubry, qui l'avait battu en 2014.

 

Sur le même sujet

A Creil, la nature au centre de l’école à l’espace enfance Danielle Mitterrand

Les + Lus