Vol de vélos aux mondiaux de cyclisme de Roubaix : deux interpellations à Lille et à Lomme

Publié le Mis à jour le
Écrit par Baptiste Mezerette
Orphelins d'une partie de ses vélos, l'Italie a tout de même terminée championne du monde de la poursuite par équipe hommes, lors des championnats du monde de cyclisme sur piste au vélodrome de Roubaix, les 22 et 23 octobre.
Orphelins d'une partie de ses vélos, l'Italie a tout de même terminée championne du monde de la poursuite par équipe hommes, lors des championnats du monde de cyclisme sur piste au vélodrome de Roubaix, les 22 et 23 octobre. © HASLIN / MAXPPP

Deux hommes âgés de 18 et 19 ans, connus des services de police, sont suspectés d'avoir dérobés 22 vélos aux coureurs italiens en marge des mondiaux de cyclisme sur piste, à Roubaix. Ils sont jugés en comparution immédiate au tribunal de Lille, ce vendredi 5 novembre.

L'affaire se décante ! Après le vol des 22 vélos de prestiges des coureurs italiens pendant les Mondiaux de cyclisme sur piste à Roubaix, deux interpellations ont eu lieu à Lille et Lomme, mercredi 3 novembre, a-t-on appris auprès de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

400 000 euros de préjudice

Les deux hommes, un Français d'origine bosniaque âgé de 18 et un bosniaque âgé de 19 ans, doivent être jugés en comparution immédiate au tribunal judiciaire de Lille ce vendredi 5 novembre. Ils sont tous deux connus des services de police pour de multiples vols et recels de vol. Et ont reconnu leur implication dans cette affaire.

Ils sont soupçonnés d'être liés au vol de 22 vélos de l'équipe italienne de cyclisme sur piste dans la nuit du 22 au 23 octobre lors du Mondial à Roubaix, pour un préjudice estimé à 400.000 euros selon la DDSP.

Un emballage siglé à la Fédération italienne retrouvé chez le suspect

Les perquisitions de leurs domiciles respectifs à Lille et Lomme, dont l'un occupé illégalement, ont permis de retrouver des effets et des outillages dérobés lors des faits, notamment du "papier d’emballage siglé à la Fédération italienne de cyclisme". Ainsi que "la camionnette utilisée par les malfrats, retrouvée dans un jardin à Lomme", a indiqué la DDSP.

Selon l'enquête, le vol avait eu lieu alors que les vélos étaient temporairement entreposés dans un véhicule sur un parking devant l'hôtel des coureurs à Marcq-en-Baroeul (Nord).

"Ils ont négligé la préconisation de laisser les vélos, jusqu'au départ, dans le vélodrome", avait regretté la police.

Vélos retrouvés en Roumanie

Les vélos volés avaient été retrouvés en Roumanie quelques jours plus tard par la police locale, qui avait également interpellé plusieurs individus, pris en flagrant délit, essayant de revendre les vélos volés.

"Nous les avons attrapés en pleine action alors qu'ils essayaient d'en vendre certains pour des sommes modiques, environ 1.500 euros pièce. Nous avons récupéré les 22 vélos", avaient déclaré les procureurs roumains.

Guidons personnalisés imprimés en 3D

Ces montures de prestige possédaient des "guidons personnalisés imprimés en 3D" et des peintures de "couleurs uniques", comme l'explique le post Instagram de la marque Pinarello qui équipe la sélection italienne. Valeur estimée de certains de ces deux roues : 30 000 euros.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par PINARELLO (@pinarello_official)

Parmi les biens volés figuraient des vélos de piste mais également des vélos de route, dont certains du phénomène de l'équipe Ineos, Filippo Ganna, qui collectionne les titres et victoires sur la piste, comme sur la route en contre-la-montre.

Pour la petite histoire, malgré la disparition des vélos, l'équipe nationale italienne a pu concourir et a même remporté plusieurs médailles dont celle d'Elia Viviani (champion du monde de la course à élimination dimanche) qui s'était fait voler quatre de ses vélos.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.