• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

VIDEO. Au Soulier d'argent, la dernière cordonnerie artisanale de Louvroil, va fermer dans quelques jours

Jean-Claude Binon va cesser son activité, non sans un pincement au coeur. / © PIERRE ROUANET/MAXPPP
Jean-Claude Binon va cesser son activité, non sans un pincement au coeur. / © PIERRE ROUANET/MAXPPP

A 81 ans, Jean-Claude Binon va prendre sa retraite à la fin du mois de décembre. Le dernier cordonnier chausseur de Louvroil va fermer ses portes après 59 ans de travail artisanal. Une page de l'histoire locale qui se tourne.

Par Margot Desmas avec Ali Benbournane

La boutique faisait presque partie du paysage à Louvroil. Mais d'ici quelques jours, la clochette de l'entrée ne tintera plus jamais. Jean-Claude Binon va tirer sa révérence le 31 décembre. Il tenait la dernière cordonnerie artisanale près de Maubeuge : Au Soulier d'argent.

La fin d'une époque pour l'octogénaire qui prend une retraite bien méritée, mais aussi pour ses habitués. Des clients presque endeuillés, fidèles depuis de longues années. "Je suis triste, on est tous tristes. On trouvait ici des articles de qualité à des prix tout à fait compétitifs", commente l'un d'eux.
 
Au Soulier d'argent, la dernière cordonnerie artisanale de Louvroil, va fermer dans quelques jours
>> Ali Benbournane et Bertrand Théry

Si le cordonnier a tenu la boutique familiale pendant 59 ans, il y a aussi fait ses premiers pas quand il était enfant. Le magasin a été fondé par son père il y a presque un siècle et avec lui, c'est une partie des souvenirs de Jean-Claude Binon qui s'en vont.

 

La fin d'une époque


"Je me souviens, quand j'étais tout gosse, je dormais dans le cuir de l'atelier. Mon père à la machine et moi qui m'endormais dans le coin, puis il m'emmenait au lit. C'est des souvenirs qu'on n'oublie pas, même quand on a dix ans", se rappelle l'octogénaire.

Mais quand le magasin fermera ses portes, ce sera définitivement : aucun repreneur ne poursuivra l'aventure. "Le métier évolue beaucoup aujourd'hui avec internet. Alors que sera le chausseur demain ? Je pense qu'il n'existera plus", estime le cordonnier.
 
© PIERRE ROUANET/MAXPPP
© PIERRE ROUANET/MAXPPP

D'ici la fin de l'année, la sonnette stridente, tout droit sortie d'un vieux film en noir et blanc, continuera de rythmer les visites des clients. Le silence, lui, va succéder à ces discussions qui s'éternisent jusque sur le pas de la porte avec les clients devenus des amis.

"Il y a un pincement au coeur quand même... Je pense à mes parents. Enfin, c'est la vie", dit-il, ému, en fermant sa boutique. Comme si, pendant près de cent ans, le temps s'était arrêté sur le pas de la porte Au Soulier d'argent.

 

Sur le même sujet

Les concerts puis confidences d'Arno et de Dick Annegarn

Les + Lus