Nord : depuis janvier, 2 fois plus de migrants ont tenté de traverser la Manche qu'en 2018

La ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, doit évoquer "dans les prochains jours", avec son homologue français Christophe Castaner, la lutte contre ces traversées clandestines.

Plus de deux fois plus de migrants ont tenté de traverser la Manche à bord de petites embarcations depuis janvier, que sur l'ensemble de l'année 2018. 1451 personnes ont ainsi été secourues par les autorités françaises ou britanniques, selon un bilan de la préfecture maritime.

Sur l'ensemble de l'année 2018, 586 migrants ont essayé de traverser le détroit, lors de 78 tentatives, selon les chiffres de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, lundi 26 août. Selon un bilan arrêté vendredi, il y a eu depuis le 1er janvier 156 tentatives, pour 1451 migrants interceptés.

Un nombre auquel il faut ajouter le secours porté à 22 migrants au large de Dunkerque dans la nuit du samedi au dimanche 25 août, alors que la mer est "particulièrement calme" ses derniers jours. Deux personnes sont par ailleurs portées disparues.
 
"Il y a 2 risques majeurs : celui lié à la densité du trafic de cette autoroute de la mer, avec 25% du trafic maritime mondial, et celui lié aux forts courants, une eau entre 17 et 19°C, à la visibilité faible, voire nulle la nuit par temps brumeux, auquel s'ajoute la méconnaissance de la mer des migrants", rappelle une porte-parole de la préfecture maritime.
 
La ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, doit évoquer "dans les prochains jours", avec son homologue français Christophe Castaner, la lutte contre ces traversées clandestines.
 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité