PORTRAIT. Doula et psychologue, Florianne Joly accompagne les parents lors de la naissance de leur enfant

Psychologue de formation, Florianne Joly s'est formée au métier de doula en 2017 après des expériences personnelles douloureuses. Depuis, elle ne cesse d'acquérir des compétences complémentaires diverses : hypnose, allaitement, ou encore rituel du bain sensoriel. Soutien moral et logistique des parents, la doula intervient en complément d'un suivi médical.

Florianne Joly exerce comme doula dans les Hauts-de-France depuis 2017. "Aussi bien une grossesse, une naissance, et un post-natal sont très bien accompagnés médicalement, autant les parents, lorsqu'ils nous contactent, mesurent qu'il manque quelque chose. Quelque chose qui les mette plus au centre, eux en tant qu'individu, avec leur vécu, leur histoire, ce qu'ils ont envie d'être et de traverser dans ce qui est à venir", explique-t-elle.  

"Notre place auprès d'eux vient combler cela. Elle leur permet de se saisir de l'instant et de traverser les choses en étant pleinement acteurs et non patients [...] Il y a quelque chose de fondamental dans notre profession qui est de remettre l'humain au centre de tout", souligne la doula. 

Des "accompagnatrices de naissance" en complément d'un suivi médical

Dans la Grèce antique, les doulas étaient les servantes des maîtresses de maison. Elles s'occupaient des tâches ménagères, de la beauté, de la santé et du chemin de leurs maîtresses vers la maternité. Aujourd'hui, ce sont des "accompagnatrices de naissance" auxquelles des parents choisissent de faire appel à différents moments entourant l'arrivée d'un enfant.

Moins populaires qu'aux États-Unis, en France, les doulas n'ont pas de statut juridique et ne sont pas reconnues comme des professionnelles de la naissance, que ce soit par l'État, les sages-femmes ou les obstétriciens. Leur formation n'est donc pas obligatoire. Une liste des doulas ayant signé la charte de l'association Doulas de France et ayant validé le cursus de base de formation est disponible ici

Soutien moral, psychologique et logistique des parents avant, pendant et/ou après la grossesse, la doula propose un accompagnement personnalisé en fonction des besoins de la personne enceinte et du co-parent. Mais elle ne se substitue en aucun cas à un accompagnement médical et intervient toujours en complément de ce dernier. 

Je deviens la personne que j'aurais aimée trouver sur mon chemin

Florianne Joly exerce comme psychologue depuis 2006. En 2014, elle vit douloureusement l'expérience d'une fausse-couche. Une épreuve au cours de laquelle elle ne sent pas suffisamment écoutée. La naissance par césarienne de son premier enfant en 2016 laisse également beaucoup de traces à la fois physiques et psychologiques. Des épreuves au cours desquelles elle aurait aimé être soutenue par une doula.

Elle entame alors un cheminement qui la mène à s'orienter vers ce métier. "L'idée pour moi a été de transformer quelque chose qui aurait pu rester négatif en quelque chose de très positif où je deviens la personne que j'aurais aimée trouver sur mon chemin, qui me permette d'avoir vraiment confiance dans mes choix", analyse Florianne Joly. 

Des formations et des spécialisations

En 2017, elle entame une formation d'un an à l'Institut de formation Doulas de France. "Les femmes qui proposaient la transmission étaient des femmes d'expérience. C'est une formation sur le long cours. On se rencontre plusieurs fois dans le mois et on va venir travailler nous-mêmes sur les différents sujets que l'on aborde, cela peut être la naissance physiologique, les accouchements ou les naissances différentes…"

Florianne Joly a ensuite suivi plusieurs formations en hypnose, à l'accompagnement des freins restrictifs buccaux des bébés "pour tous les bébés pour qui l'allaitement est un petit peu plus complexe à mettre en route ou à tenir dans la durée", aux massages, à l'allaitement, etc. 

Un soutien psychologique et logistique

Jennifer Audibert, désormais mère d'une petite fille de trois ans et demi, a fait appel à Florianne Joly après son premier mois de grossesse. La jeune femme a notamment apprécié "son humanité sans faille et le fait qu'elle soit là jusqu'au bout le jour de l'accouchement, pour tous les deux". Pendant sa césarienne d'urgence, Florianne était présente. "Ça m'a fait beaucoup de bien et mon mari était heureux de pouvoir s'appuyer émotionnellement sur elle", note Jennifer Audibert.

Tous les accompagnements auxquels je participe laissent tous une place dans mon cœur, dans mon esprit, et dans mon chemin de doula.

Florianne Joly, doula dans les Hauts-de-France

Outre l'aspect psycho-affectif, Florianne Joly joue aussi un rôle pratique. Elle se souvient d'une femme qui vivait à Lille et avec qui le psycho-affectif était passé presque au second plan. "J'arrivais chez elle, on débriefait de comment elle se sentait, je prenais son bébé en écharpe et j'allais faire quelques courses pour lui faire les repas pour la semaine, pour lui apporter du confort et qu'elle se sente épaulée pour traverser son post-natal", se souvient-elle. 

Si chaque couple et chaque expérience sont différents, Florianne Joly considère que tous les accompagnements auxquels elle participe la "façonnent" en tant que doula. "Ils laissent tous une place dans mon cœur, dans mon esprit, et dans mon chemin de doula", estime-t-elle.

durée de la vidéo : 00h13mn00s
Florianne Joly, doula, invitée de Hauts Féminin ©FTV

Retrouvez le témoignage complet de Florianne Joly ci-dessus, dans l'émission Hauts Féminin du 6 mars 2023 et les autres épisodes de l'émission sur france.tv.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité