Dépistage massif du Covid-19 à Roubaix : pourquoi se faire tester à partir de lundi ?

Dès lundi 11 janvier et pendant six jours, un dépistage massif du Covid-19 est proposé à Roubaix. Il sera accessible à tous, les autorités souhaitent ainsi surveiller une éventuelle reprise de l'épidémie et pouvoir détecter la présence ou non du variant britannique. 

Un test PCR et un test antigénique seront pratiqués sur les personnes qui se présenteront dans les 6 sites de dépistage.
Un test PCR et un test antigénique seront pratiqués sur les personnes qui se présenteront dans les 6 sites de dépistage. © FREDERIK GILTAY - FRANCE 3 HAUTS-DE-FRANCE (ILLUSTRATION)

Une vaste campagne de dépistage du Covid-19 sera menée à Roubaix dès lundi jusqu'au samedi 16 janvier. 

Un séquençage sera pratiqué sur les prélèvements positifs pour détecter la présence éventuelle du variant britannique.

L'ARS espère tester 10% de la population roubaisienne, soit environ 10 000 personnes. 

Qui pourra se faire dépister ? 

Tout le monde pourra se faire dépister à Roubaix. Il ne sera pas nécessaire de présenter des symptômes, d'avoir une ordonnance ou de prendre rendez-vous. 

Toutefois, il est possible de se pré-inscrire. Cela concerne notamment les personnes âgées et les entreprises. 

Il convient alors de téléphoner au : 03.20.46.20.20. Cela permettra d'avoir un accès prioritaire au dépistage et de réguler le flux des personnes, indique Robin Welti, le responsable de la plateforme d'inscription. 

Les tests seront gratuits, il faut toutefois de se munir de sa carte vitale.

Où se faire tester ? 

Six sites seront accessibles à Roubaix. Ils seront ouverts de 8h à 12h et de 13h à 19h

Au sein de chaque site, 40 personnes pourront se faire tester par heure, sauf pour celui de la salle Richard Lejeune qui ne dispose que d'une quinzaine de créneaux.  

Les autorités annoncent qu'elles sont en capacité d'accueillir plusieurs centaines de personnes par jour et par site. L'ARS espère tester 10% de la population de Roubaix, soit environ 10 000 personnes. 

Des campagnes similiaires ont été réalisées au Havre et à Charleville-Mézières, où elles ont rencontré un succès limité. 

Quels tests seront pratiqués ? 

Les personnes qui se présenteront pour se faire dépister seront soumises à un double test. Un test antigénique et un test PCR seront pratiqués.

Cela permettra de comparer les résultats des deux types de tests, selon Jean-Philippe Dancoine, l'adjoint au maire chargé de la santé à Roubaix. La fiabilité des tests antigéniques, qui donnent un résultat rapide (entre 15 et 30 minutes), a en effet été largement remise en cause ces dernières semaines. 

"L'ensemble des prélèvements positifs feront l'objet d'analyses complémentaires pour détecter la présence éventuelle du variant anglais", annonce l'Agence Régionale de Santé (ARS) des Hauts-de-France. Ce séquençage sera effectué au Commissariat à l'énergie atomique (CEA). 

Pourquoi se faire tester ? 

Deux semaines après les fêtes, cette opération devrait permettre de savoir s'il faut s'attendre à une aggravation de la situation sanitaire.

Pour le moment, le taux d'incidence du virus (nombre de nouveaux cas sur sept jours pour 100 000 habitants) est plutôt mesuré à Roubaix. Il se situe à 150, bien loin de l'envolée à plus de 1 100 au mois d'octobre. Roubaix était alors l'une des villes françaises les plus touchées par le virus.  

"On va savoir si on est en développement de phase 3 ou pas, si les tests antigéniques sont efficaces ou pas en population générale et s'il y a de nouvelles souches plus dangereuses que ce qu'on a déjà", indique le professeur Philippe Froguel, généticien et membre du comité de pilotage de cette campagne, alors que les variants britannique mais aussi sud-africain du coronavirus suscitent de fortes inquiétudes. 

Un accompagnement en cas de test positif 

La mairie de Roubaix annonce que les personnes testées positives bénéficieront d'un accompagnement et de conseils pour protéger leurs proches. 

Ainsi, les personnes qui n'ont pas la possibilité de s'isoler au sein de leur cellule familiale pourront se voir proposer un isolement dans des hôtels proches. Cette mesure sera menée par la préfecture et l'ARS. Aussi, des portages de repas gratuits pourront également être mis en place. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société