VIDÉO. Coronavirus : le quotidien des enfants de soignants, gardés dans une école pendant que les parents travaillent

Le groupe scolaire Anatole-France à Roubaix est devenu un centre accueil et loisir le temps de l'épidémie.
Le groupe scolaire Anatole-France à Roubaix est devenu un centre accueil et loisir le temps de l'épidémie.

Pour ces enfants de la métropole lilloise, pas de journées à la maison : les parents travaillent dans le domaine médical et doivent les laisser dans un groupe scolaire lorsqu'ils vont exercer. Les bambins travaillent, jouent et déjeunent dans cette école réquisitionnée pendant l'épidémie. 

Par CDB

À Roubaix, les enfants de soignants peuvent venir dans cette école 7 jours sur 7. Ils font leurs devoirs, jouent et déjeunent dans ce groupe scolaire, en partenariat avec un hôpital. 
 
Découvrez le quotidien des enfants de soignants quand les parents sont au travail.

Si ce week-end seuls six enfants fréquentent l'école, le groupe grandit dans la semaine où 20 à 25 enfants sont accueillis à la fois. "C'est plus sympa, on a un groupe, un bon noyau pour travailler et animer", explique Yacine Mamech, responsable du centre accueil et loisirs. "On a fait des calculs, des maths, de l'écriture", se souvient Jade, qui fréquente le centre. 

La crèche de l'hôpital accueille les enfants de moins de 3 ans, dès 6h15 le matin et récupère les enfants de l'école Anatole-France après 18h30 où ils peuvent prendre leur repas. Les établissements sont adjacents. 
 

"En période de confinement, les mamies, les taties sont à éviter surtout que nous, personnels soignants, nous sommes beaucoup exposés", observe Jennifer Dumont, une aide soignante qui vient récupérer sa fille après 9 heures de travail. 

En tout, une soixantaine d'enfants fréquentent le centre accueil et loisirs.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus