Top 14 : pourquoi La Rochelle, le Racing 92, le Stade toulousain et Bordeaux-Bègles jouent les 1/2 finales dans le Nord

Publié le
Écrit par Emmanuel Pall

La métropole européenne de Lille accueille, après 2014, les demi-finales de rugby du Top 14, au stade Pierre Mauroy de Villeneuve d'Ascq. Mais pourquoi, alors que les clubs qualifiés sont du centre ou du sud ?

Les 11 et 12 juin, le Racing 92 et Bordeaux-Bègles ont respectivement éliminé le Stade français et Clermont. Les deux clubs victorieux se sont ainsi hissés en demi-finale du Top 14. Des matches qui sont prévus au stade Pierre Mauroy à Villeneuve d'Ascq dans le Nord, où ils retrouveront La Rochelle et le Stade toulousain.

"Conquérir de nouveaux territoires !"

Pour la LNR, Ligue Nationale de Rugby, qui a lancé un appel à candidatures auprès des grandes métropoles françaises, il y a là deux objectifs principaux : conquérir un jeune public et de nouveaux territoires géographiques. Si bien qu'un cahier des charges très spécifique existe avec des opérations auprès des jeunes et un village du rugby, comme on peut en avoir sur le Tour de France cycliste.

Et pour la première fois en 2014, la métropole de Lille avait très bien joué le jeu, explique un responsable de la LNR. Le coup de foudre avait été réciproque. Ainsi Rennes a accueilli les demi-finales en 2016 et Nice les accueillera en 2022. 

Claude Codron, vice-président de la Ligue des Hauts-de-France de Rugby en charge des grands événements, explique que la Métropole Européenne de Lille (MEL) s'est à nouveau portée candidate pour les demi-finales de cette année. La MEL choisie par le comité directeur de la LNR face à trois ou quatre villes qui d'ordinaire se portent candidates également comme Bordeaux, Marseille ou Toulouse.

Des supporters, "ensemble"

"En 2014, pour les premières 1/2 finales à Lille, les restaurateurs, mais pas seulement, avaient été bluffés par l'ambiance et la convivialité des supporters. Les rouges de Toulon et ceux portant le maillot bleu du Racing 92 étaient assis à la même terrrasse. Ça chantait, ça riait, ça se chambrait, ensemble !" explique Claude Codron.

"Nous avons hâte d’accueillir les supporters de rugby de la France entière pour leur montrer toutes les richesses de notre territoire et le sens de l’accueil de ses habitants. Cela va être un formidable week-end de fête et nous donnera un avant-goût des matches de la Coupe du Monde de Rugby que nous accueillerons en 2023", déclare Damien Castelain, président de la Métropole Européenne de Lille.

Cette année, malheureusement, pas de Village du rugby sur la Grand'Place de Lille. Les conditions sanitaires ne sont pas encore suffisamment réunies. Pour la même raison, le Stade Pierre Mauroy, qui attire les grands événements avec ses 50 000 places, ne sera pas rempli. La jauge est fixée à 5 000 personnes maximum. 1 500 places ont été réservées à chacun des clubs jouant les demi-finales et 2 000 places sont réservées pour les partenaires de la LNR. Si bien qu'il y aura moins de supporters en 2021 qu'en 2014 et que le public ne pourra pas -en nombre- voir l'événement en présentiel, dans le stade.

Devenir une terre de rugby ?

"Il y a effectivement une réelle volonté d'avoir un club professionnel sur la métropole lilloise". Pour Claude Codron, l'organisation de tels événements est important d'un point de vue économique et sportif. Non seulement "le rugby séduit en tant que sport", mais en plus l'organisation de ce type d'événement fait "rejaillir la lumière sur nos clubs phare comme l'Olympique Marcquois Rugby LM (en Fédérale 1 chez les hommes) ou le LMRClubVilleneuve d'Ascq (en Elite 1 chez les femmes)".

"Nous nous souvenons de la grande fête de 2014 (année du premier accueil des demi-finales du Top14 à Pierre Mauroy, ndlr). Je souhaite vivement que notre région poursuive le chemin engagé et devienne, sur les traces du sud-ouest, une vraie terre de rugby", renchérit Martine Aubry, maire de Lille.

Ce qui est déjà plutôt bien engagé. Les Hauts-de-France comptent en effet plusieurs clubs de rugby bien placés : le Lille Métropole Rugby Club Villeneuve d'Ascq dont les féminines évouent en Elite 1, la meilleure division ; l'Olympique Marcquois Lille Métropole et Beauvais XV RC dont l'équipe masculine joue en Fédérale 1, une division semi-professionnelle et enfin les rugbymen des clubs d'Arras, Amiens, Compiègne, Roubaix, Soissons en Fédérale 3.  

La fête, malgré le Covid-19

Néanmoins, de belles fêtes du rugby devraient se tenir avec ces deux matchs et le programme d'animations suivant... Mercredi, à l'hippodrome de Marcq-en-Baroeul, les écoles de rugby des Hauts-de-France se retrouvent pour jouer "avec contact", pour la première fois depuis mars 2020. Quelques-uns des 60 clubs des Hauts de France seront présents. Jeudi et vendredi 2 000 scolaires vont être invités à découvrir le rugby au Stadium de Villeneuve d'Ascq, de 10.00 à 16.00. Et samedi les moins de 14 ans, moins de 16 et moins de 18 ans, s'affronteront au Stadium de 10.00 à 16.00. 

Enfin, 300 à 400 places qui n'auraient pas trouvé preneur auprès des clubs de Toulouse et la Rochelle devraient être réattribuées aux Nordistes qui avaient acheté des places. Sans doute suivant un système d'horodatage. Pour Bordeaux et le Racing 92, qualifiés seulement le week-end dernier, on saura mercredi combien, les clubs "rendent" de places.  

La finale, elle, se déroulera le 25 juin au Stade de France à Saint-Denis.