Michel Cardon, en prison depuis 40 ans, va être remis en liberté

C'était l'un des plus vieux détenus de France.

Michel Cardon à la fin des années 70
Michel Cardon à la fin des années 70 © France 2
Il est libre. Michel Cardon va quitter très prochainement la prison de Bapaume. Le tribunal d'application des peines d'Arras a rendu sa décision. Michel Cardon, condamné à perpétuité pour meurtre en 1977, est remis en liberté conditionnelle après 40 ans d'incarcération. Décision effective le 1er juin prochain. 

"C'est l'une de mes plus grandes émotions professionnelles, c'est une grande joie pour lui et j'espère qu'il pourra en profiter pleinement", a réagi Eric Morain, son avocat. Dix-huit mois de travail, dix-huit mois de combat... mais ça n'a rien à voir avec les quarante ans, cinq mois et trois jours de détention. C'est beaucoup d'émotion et une grande joie pour lui".
Libération conditionnelle de Michel Cardon : "C'est beaucoup d'émotion et une grande joie pour lui", déclare son avocat


Cet Amiénois de 67 ans a une histoire particulière, celle d'un détenu "oublié" : il n’a bénéficié d’un premier parloir qu’au bout de trente-huit ans de détention. Il n'est revenu dans l'actualité qu'à la faveur d'un article de La Voix du Nord en août 2016. Un avocat parisien, Me Morain, est touché par l'histoire de Michel Cardon. Il le rencontre, lui demande s’il a envie de sortir de prison puis entreprend des démarches pour essayer de la faire sortir.

"J'ai eu en face de moi quelqu'un ressemble à l'image qu'on se fait de Robinson Crusoë, mangé par la barbe mais avec un merveilleux sourire, raconte Eric Morain. Il a du mal à parler parce qu'il a les restes d'un AVC, du mal à respirer, il es sourd d'une oreille. Mais il comprend, il s'exprime..."

"La société qui vous a sanctionné a choisi aussi de vous oublier", écrivait ce même avocat dans un courrier daté du 12 février qui avait demandé sa grâce au président Emmanuel Macron. Selon lui, M. Cardon aurait pu réclamer depuis vingt ans le bénéfice d'une liberté conditionnelle.

Michel Cardon, le détenu oublié de Bapaume

Les requêtes devant le tribunal d'application des peines avaient jusque-là été toujours rejetées. Notamment parce que les experts relevaient toujours un risque de récidive toujours présent, selon le parquet. "Compte tenu de l'état de dégradation physique de M. Cardon, nous avons estimé, du point de vue du parquet, que le risque de réitération apparaissait désormais limité", a déclaré M. Lourdelle, procureur d'Arras, à l'issue de l'examen de la dernière demande le 15 mars dernier. Ce jour-là, le parquet avait donc requis "un placement extérieur probatoire à une libération constitutionnelle dans un établissement pour personnes âgées dépendantes, compte tenu de son état de santé et dégradation physique". 

Il vivra dans le Val d'Oise


Michel Cardon a été condamné dans « l’affaire du crime du chemin de la Flaque ». En octobre 1977, à Amiens, Michel Cardon, 26 ans, et Jean-Yves Defosse, 29 ans, tuent un homme invalide 64 ans suite à un cambriolage qui a mal tourné. Lors du procès aux Assises, les accusés échappent de peu à la peine de mort. Après la condamnation, les proches de Michel Cardon se détournent de lui. Le détenu s'isole. Son état de santé se dégrade. 

Seul un détenu se prend d'amitié pour lui, un Nordiste incarcéré avec lui à Bapaume entre 2008 et 2015. « Il était seul, déprimé, alors je lui apportais tous les jours du café dans sa cellule, raconte-t-il dans La Croix. Je ne sais pas trop pourquoi il a baissé les bras car il avait son caractère, mais il a été cassé par toutes ces années. Il ne parlait pas beaucoup. »

Michel Cardon va être logé dans un centre d'hébergement et de réinsertion du Val d'Oise. «  C’est une grande joie pour lui, explique à La Voix du Nord, son avocat. Il va sortir. Qu’il a fallu du temps et de la mobilisation. J’ai rencontré des associations, des confrères, des magistrats, des gens exceptionnels. (...) Michel va pouvoir faire autre chose, être au contact de la nature. Être libre, tout simplement. » 

Désormais, "il ne va plus être le détenu oublié de Bapaume, il va changer de région et de département pour essayer de vivre quelques années libre", a conclu sur France info Eric Morain.

Le plus vieux détenu de France ?
Michel Cardon a passé plus de 40 ans en prison. C'est l'un des plus anciens détenus de France. Mais pas le plus ancien.

Casanova Agamemnon, dit "Cajo", 68 ans, est le plus ancien prisonnier de France. Aujourd'hui incarcéré à La Réunion, il a déposé sa 23e demande de libération conditionnelle, après quarante-huit années passées derrière les barreaux.

Est-il normal, logique, qu'un détenu passe autant d'années en prison ? La question est posée et le débat peut être lancé avec ces deux cas sur les carences éventuelles de la justice et de l'administration pénitentiaire. Un condamné qui rentre dans les conditions de la libération conditionnelle doit normalement voir sa situation examinée par un tribunal d'application des peines. Pour Michel Cardon, cela n'a pas été le cas...
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société