Déminage terminé au port de Calais, enquête ouverte contre cinq ULM

© Marine nationale
© Marine nationale

L'opération de déminage de plusieurs explosifs de la Seconde guerre mondiale découverts au large des côtes a pris fin dimanche au port de Calais, entraînant la réouverture de la rocade d'accès au port, a-t-on appris auprès de la sous-préfecture de Calais.

Par AFP

Cinq ULM ont, malgré l'interdiction, survolé la zone de danger d'un rayon d'1,5 km, évacuée avant l'opération. Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour retrouver leurs pilotes, qui se sont vraisemblablement posés vers Boulogne-sur-Mer, a indiqué Denis Gaudin, le sous-préfet de Calais.

Deux bombes aériennes anglaises de 227 kg, dont l'une piégée, une demi-bombe encore pleine d'explosifs et 25 obus avaient été découverts lors de la première phase des travaux du projet Calais port 2015, en mai, a expliqué le sous-préfet.

Voici les images de la Marine nationale sur ce déminage du 7 juin 2015 à Calais. 

Le déminage du 7 juin 2015 à Calais

L'opération s'est terminée vers 13H00 sans incident majeur, même si quelques personnes, dont des migrants présents dans les dunes, ont dû être évacuées hors de la zone dimanche matin, a rapporté Alexis Edme, porte-parole de la préfecture maritime Manche-Mer du Nord.

"Il y a eu deux explosions pour les obus, une pour chaque bombe, et deux autres" pour détruire les résidus des précédentes explosions, pour un total de six explosions, a-t-il décompté.

La rocade d'accès au port, fermée pendant l'opération, a rouvert, permettant aux poids lourds et aux voitures d'embarquer à nouveau à bord des ferries traversant la Manche.

 / © France TV
/ © France TV

"Depuis 6H30 ce matin, j'ai réuni autour de moi les démineurs, les forces de l'ordre, les douanes, la capitainerie du port, la chambre de commerce, et les trois usines chimiques qui sont dans la zone", avait détaillé le sous-préfet dans la matinée.

Durant l'opération, des pelleteuses ont procédé à un terrassement pour protéger les alentours de l'explosion consécutive au déminage, a relaté Alexis Edme.

 / © Marine nationale
/ © Marine nationale

Les bombes étaient "toutes les deux à moins de 20 m d'un pipeline qui est en construction et qui va desservir un des sites industriels à proximité du port", a-t-il expliqué.

La bombe piégée a nécessité une technique de déminage particulière consistant à la "brûler" : son explosion est suscitée plus lentement qu'il n'est d'usage habituellement de manière à éviter les éclats et, idéalement, l'onde de choc.

Le projet Calais port 2015, d'un montant de 650 millions d'euros, doit notamment permettre la création dans le port de Calais, premier port français de passagers, d'une nouvelle digue de 3 km, d'un bassin de 90 hectares, de 44 ha de nouveaux terre-pleins gagnés sur la mer, et d'infrastructures
intermodales rail-route-mer.

A lire aussi

Les + Lus