Avec Mon B.O. ciné, un Beauvaisien expatrié à Singapour décrypte les films musicaux dans une émission de webradio entouré de musiciens célèbres

Publié le

Depuis deux ans, Vincent Cateigne, musicien beauvaisien expatrié à Singapour, anime une émission de webradio dédiée aux films musicaux, épaulé par son ami slameur La Voix Basse. Au programme : anecdotes, chroniques, analyses et invités de marque.

"Salut à tous, vous êtes sur Art District Radio, avec Vincent comme tous les derniers mercredis du mois à 22h.À travers les enceintes, la voix de Vincent Cateigne raisonne sur le doux arrangement sonore qu'il a lui même conçu. Comme chaque fin de mois, ce musicien expatrié à Singapour anime Mon B.O. ciné, une émission de webradio qui s'intéresse aux films qui parlent de musique. 

Au programme, un film par épisode avec des anecdotes, des extraits musicaux, de l'analyse et des invités. "Ce n'est pas une émission sur les bandes originales de films, c'est vraiment sur les films qui parlent de musique. J'ai préféré choisir cet angle parce que l'on ne le trouve pas ailleurs, alors que les podcasts sur les B.O., il y en a plein", confie-t-il.

"Je trouvais ça génial de faire le pitch d'un film en slam"

Tout a commencé en janvier 2020. Vincent Cateigne vient d'enregistrer deux albums instrumentaux. Il est alors contacté par Radio Grand Paris qui lui demande s'il n'a pas une idée d'émission. Passionné également de cinéma, Vincent propose Mon B.O. ciné qu'il animera tous les derniers mercredis du mois de 22h à 22h30. 

Dans l'aventure, il embarque avec lui un ami de toujours, La Voix Basse, également Beauvaisien. Bassiste et slameur depuis une vingtaine d'années, celui-ci tient à chaque émission une chronique cineslam. "On se connaît depuis très longtemps donc on avait vraiment envie de faire quelque chose ensemble. Et puis, je trouvais ça génial de pouvoir faire le pitch d'un film en slam", indique Vincent. 

Petit à petit, l'émission se fait connaître et les invités se succèdent. "On a eu par exemple DJ Pone qui a travaillé avec NTM, Anne Paceo qui est l'une des meilleures batteuses françaises, Tété, Fred Goaty, CharlElie Couture", énumère-t-il. Les grands noms de la musique l'accompagnent ainsi au fil des émissions. "C'est extraordinaire, surtout quand vous avez la chance de partager un moment avec eux. Ce qui m'intéressait aussi dans ce projet, c'était de créer du lien avec les gens. Et là, j'ai pu recevoir quelqu'un comme Biréli Lagrène, en tant que guitariste, c'est une de mes idoles."

Depuis l'été dernier, il s'est associé à la webradio Art District Radio. Créée en 2016, le média met en avant des artistes et musiciens émergents au travers d'émissions dédiées à l'art, la littérature, le théâtre, le cinéma et la musique jazz. "C'était le mariage parfait", sourit le créateur de Mon B.O. ciné.

Ses premières notes dans l'Oise

Originaire de Beauvais, Vincent Cateigne a la musique dans le sang depuis tout petit. "Mon père jouait de la guitare, ainsi que mon frère, et je me souviens que j'attendais qu'il soit sorti pour lui piquer dans sa chambre. Cela ne m'a plus quitté."

En 2001, il part à Paris pour se professionnaliser. Il accompagne ainsi plusieurs artistes, assure les premières parties de Corneille, Singuila... Huit ans plus tard, il continue de développer ses projets, se produit en résidence et obtient un diplôme d'intervenant en musiques actuelles. 

Puis vient le temps de découvrir d'autres horizons : Madagascar, l'Afrique du Sud, le Brésil. Avec l'association Musica Ficta qu'il a co-fondée en 2012, il part étudier les différentes méthodes d'enseignement musical dans chacun de ces pays.

En mai 2013, il s'installe à Singapour, travaille dans une start-up locale, enregistre ses albums dont un single en duo avec La Voix Basse, et garde toujours de nombreux projets en tête. Avec Mon B.O. ciné, il expérimente une autre facette de son activité. "J'aime le son, les sonorités, et la radio est l'une des branches de mon métier que je l'ai un peu occulté, donc je suis vraiment content de ce projet là."

Pour écouter l'émission, rendez-vous sur le site ou l'application Art District Radio et sur les plateformes d'écoute de podcasts.