"Il ne s’est pas réveillé de sa sieste" : un enfant de 4 ans retrouvé mort dans une école de Beauvais

Jeudi 21 mars, un enfant de 4 ans, scolarisé en maternelle dans l'ensemble scolaire privé le Saint-Esprit à Beauvais a été retrouvé inanimé au moment du réveil de la sieste. Les causes de la mort n'étant pas apparentes, une autopsie a été diligentée par le procureur de la République.

Jeudi 21 mars, un enfant de 4 ans a été retrouvé inanimé par l'équipe enseignante de la maternelle de l'institution du Saint-Esprit à Beauvais.

"Il ne s’est pas réveillé de sa sieste, explique Pascal Leroy, directeur de l'enseignement catholique de l'Oise. L’équipe éducative, qui a été remarquable au niveau des gestes professionnels, a donné l’alerte immédiatement et a prodigué les gestes de premier secours sans délai, massage cardiaque et insufflation, jusqu’à l’arrivée extrêmement rapide des pompiers et du Samu. Un hélicoptère a également été envoyé. Les parents, dont c'était le premier enfant, étaient sur place puisqu’ils ont été appelés en même temps que le Samu."

Une autopsie demandée par le procureur

L'enfant n'a malheureusement pas pu être ranimé et son décès a été constaté dans le véhicule médical, selon Pascal Leroy. 

Une enquête en recherche des causes de la mort a été ouverte par le parquet de Beauvais. "Mon déplacement hier sur les lieux avec les enquêteurs n’ayant pas conduit à constater d’éléments permettant d’expliquer le décès de l’enfant, j’ai décidé de confier à l’institut médico-légal le soin de réaliser une autopsie afin de connaître les causes du décès", précise Frédéric Trinh, procureur de la République.

Au moment du drame, une psychologue de l’Éducation nationale qui intervenait au collège s'est immédiatement rendue à l’école maternelle. "Elle a pu accompagner tout de suite les personnels qui étaient les premiers témoins de l’arrêt cardiaque et du décès de l’enfant, précise Pascal Leroy. Je me suis rendu sur place également pour venir en appui du chef d’établissement de l’élémentaire et de l’ensemble scolaire. Nous avons rédigé ensemble un message à l’adresse de toutes les familles."

Mise en place d'une cellule psychologique

Ce vendredi 22 mars, trois psychologues de l’enseignement catholique ont été dépêchés au sein de la maternelle pour entendre les personnels, les parents et les enfants qui exprimaient le besoin de se confier. "Un groupe de parents bénévoles a pris en charge les enfants dans la cour de récréation pour que nous, nous puissions avoir une concertation d’équipe et conseiller sur les gestes à avoir pour répondre aux questions, rapporte Pascal Leroy. Et vers 9h, la rentrée étant à 8h30, les enfants ont été accueillis en classe dans les conditions le plus stabilisantes possibles. Un prêtre a été envoyé dans l’établissement hier soir et ce matin." 

Le DASEN (directeur académique des services de l'Éducation nationale) de l’Oise et le recteur ont fait part de leur soutien et de leur émotion face à ce drame.

Pascal Leroy tient à souligner "l’attitude remarquable et courageuse de l’équipe enseignante : vous imaginez bien que pour faire un massage cardiaque sur un enfant de 4 ans, il faut avoir le cœur bien accroché et franchir toutes les barrières émotionnelles que la situation implique."