Nouvelle agression en prison : un agent ébouillanté au visage par un détenu au profil "psy" à Beauvais

Après l'agression d'une surveillante à Liancourt hier soir, un détenu du centre pénitentiaire de Beauvais, toujours dans l'Oise, aurait jeté une casserole d'eau bouillante dans le visage d'un agent, ce matin.

Image d'archive.
Image d'archive. © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Deux agents du centre pénitentiaire de Beauvais, dans l'Oise, ont été transférés au centre hospitalier après l'agression violente d'un détenu, a-t-on appris ce vendredi auprès du syndicat Force Ouvrière.

Alors que les personnels venaient d'ouvrir sa celulle (dans un but encore inconnu), ce matin, l'homme leur aurait jeté une casserole d'eau bouillante à la figure avant de les frapper.

Un agent serait brûlé au visage, au cou et aux bras. "Le médecin ne s'est pas encore prononcé sur la gravité des brûlures et les mesures de chirurgie plastique éventuellement à prendre", rapporte Julien Stievenard, représentant syndical.

L'autre agent aurait reçu des coups au visage, marqué de plusieurs contusions.

En soutien de leurs collègues, les personnels devraient observer un retard de prise de service.

La détention des malades psychiatriques en question

Le détenu est hébergé en quartier d'isolement. "Il est connu pour son profil psychiatrique", affirme Julien Stievenard, qui ne compte pas en rester là.

On veut que ce genre de détenu ne soit pas dans nos murs, on n'est pas un hôpital psy ! Il devrait être en unité médicale adaptée, mais ça coute beaucoup plus cher qu’une place de prison, donc on n'en construit pas...

Julien Stievenard, secrétaire SNP-FO au CP de Beauvais

Le syndicat envisage de lancer un mouvement social à partir de lundi matin.

Cet après-midi, l'administration pénitentiaire confirme l'agression de deux agents, sans plus de précisions. La directrice interrégionale, actuellement à Liancourt, devait ensuite se rendre à Beauvais pour également soutenir le personnel.


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société faits divers