• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Oise : à Grandvilliers, un triathlon pour prévenir les enfants contre l'oisiveté et le surpoids

500 enfants de la commune de Grandvilliers (Somme) ont été initié au triathlon lors de l'opération Fitdays le 18 juin. / © Laurent Pénichou / France 3 Hauts-de-France
500 enfants de la commune de Grandvilliers (Somme) ont été initié au triathlon lors de l'opération Fitdays le 18 juin. / © Laurent Pénichou / France 3 Hauts-de-France

500 enfants, âgés de 5 à 12 ans ont participé à un triathlon à Grandvilliers (Somme), où a eu lieu la 28e étape de la tournée nationale du "fitdays". Son objectif: expliquer aux enfants les bienfaits du sport, et leur donner confiance en eux et surtout lutter contre la sédentarité et l'obésité.

Par V.P. avec Gaëlle Fauquembergue

Hors de l'école, la majorité des enfants de Grandvilliers ne font pratiquement pas de sport. Alors forcément, lorsqu'on leur dit "triathlon", la pression monte ! "J'ai peur de tout rater," confie une jeune Grandvilloise.

 


L'épreuve est, bien sûr, une version raccourcie de celle qu'on trouve aux jeux Olympiques : les écoliers doivent parcourir 25 mètres à la nage, 1 km en vélo pour enfin 250 mètres de course. Ici l'enjeu n'est pas de gagner une médaille, mais plutôt de découvrir ses capacités physiques.
 

Le surpoids touche particulièrement la Picardie

"On découvre des chiffres assez incroyables, déplore Carole Vialat, directrice générale des Fitdays, opération visant à initier les jeunes au triathlon. Lors de la tournée, on a pratiquement 30% des enfants que l'on croise qui ne savent plus nager, d'autres qui ne savent pas faire de vélo, mais surtout des enfants en surpoids, dont la sédentarité est l'une des causes en France."

À l'arrivée, les enfants semblent mieux comprendre les bienfaits du sport. "C'est important de faire du sport pour qu'on soit bien dans notre peau, et puis on s'amuse," note une participante au triathlon. En Picardie, la moitié de la population est en surpoids ou obèse. La sensibilisation dès le plus jeune âge est donc essentielle. "On sait que ce sont les jeuens qui pourront ensuite adapter leurs comportements pour éviter les accidents cardiovasculaires par la suite. C'est importants de commencer la prévention dès cet âge-là."

En Hauts-de-France en 2017, 52,4% des adultes se trouvaient en surpoids (voir encadré ci-dessous), dont 19,9% de personnes obèses, contre 49% dans l'ensemble du territoire national, dont 17,2% atteintes d'obésité. En Picardie, les départements de l'Aisne (55,6%) et de l'Oise (54,1%) se situent largement au delà de la moyenne française, tandis que la Somme l'égalise (49%). 

 

Notre reportage à Grandvilliers (Oise)

Oise : à Granvilliers, un triathlon pour prévenir les enfants contre l'oisiveté et le surpoids
Reportage : Gaëlle Fauquembergue et Laurent Pénichou. Montage : Lucie Courbe. - France 3 Hauts-de-France


 

Comment savoir s'il on est en surpoids ?

Pour savoir s'il on est en surpoids, il suffit de calculer son indice de masse corporelle (IMC). Pour le déterminer, c'est simple : il faut diviser sa masse (en kg) par sa taille (en mètre) au carré. Par exemple, si je pèse 62 kg pour 1,70 m, je réalise le calcule suivant : 62/(1,70²) = 21,45.

Trois cas peuvent alors être observés. Si vous obtenez un IMC :
 

  • inférieur à 18,5, c'est que vous êtes en insuffisance pondérale. En deça de 16,5, on parle de famine.
  • entre 18,5 et 25, c'est que vous avez une masse plutôt normale pour votre taille,
  • supérieure à 25, c'est que vous êtes en surcharge pondérale. Au delà de 30, on parle même d'obésité.

Sur le même sujet

Le saxophoniste Arnold Pol joue Jubel

Les + Lus