Tags racistes sur une mosquée et un commerce à Beauvais : "ça a touché tous les citoyens et la République"

"Singe" a été inscrit en rouge sur les murs de la mosquée Hamza et d'un commerce à Beauvais en fin de soirée ce dimanche 24 décembre. Une plainte va être déposée par l'association des musulmans du Beauvaisis et la municipalité. Une enquête est en cours.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Un tag raciste a été découvert sur un bar-tabac et les murs de la mosquée de Beauvais dans la nuit du 24 décembre. "L'association des musulmans du Beauvaisis, une communauté musulmane respectée et engagée, exprime sa profonde indignation et sa condamnation ferme suite à l'acte de vandalisme raciste et islamophobe survenu en cette soirée de Noël, période emblématique de rassemblement familial et de chaleur humaine", écrit l'association dans un communiqué à propos du lieu de culte.

Ils notent que plusieurs "inscriptions offensantes et déshumanisantes", comme "singe", ont été taguées. "Ces mots ne sont pas seulement une attaque contre notre communauté, mais ils déshumanisent et animalisent une partie de la communauté nationale qui vit sereinement et tranquillement dans notre pays, portant atteinte aux principes fondamentaux de respect et d'égalité".

"Des inscriptions indignes"

Le maire de Beauvais, Franck Pia, qui l'a appris auprès de ses services, n'a pas tardé à réagir, d'abord sur Facebook. "Cette nuit, des inscriptions indignes ont été taguées sur le mur d'une mosquée de notre ville". Il se dit "choqué d'un tel acte" et espère "vivement que l'enquête permettra de retrouver la ou les personnes derrière cette inscription raciste et déshumanisante".

Il poursuit en ajoutant qu'il apporte son "soutien à la communauté musulmane de Beauvais". "Restons unis et solidaires face à ce genre d'actes intolérables". Auprès de France 3 Hauts-de-France, il parle d'un "acte indigne, inqualifiable et contraire à nos valeurs".

Le premier adjoint au maire de Beauvais, Lionel Chiss, se dit d'autant plus surpris que Beauvais est une ville "où on cultive le vivre ensemble, le bien vivre ensemble, le dialogue entre les religions" et le "respect de tous".

À ce stade, la municipalité n'a "pas beaucoup plus d'informations", mais elle souhaite souligner qu'il s'agit d'un "acte isolé, à notre avis, et surtout, ce n'est pas du tout l'image de la ville de Beauvais". L'adjoint note qu'il n'y a pas d'antécédents similaires à sa connaissance.

"Cette mosquée existe depuis 1983"

Le président des associations musulmanes de l'Oise, Hassan Younes, a également réagi. Il condamne "avec la plus grande fermeté cet acte, d'autant plus qu'il a eu lieu la nuit de Noël où fête, amour, fraternité et paix devraient régner et se faire sentir".

Le Conseil départemental des associations musulmanes de l'Oise (CDAMO) "apporte tout son soutien aux gérants de la mosquée Hamza de Beauvais et tous les fidèles pour que tout soit mis en œuvre par les autorités compétentes afin de trouver les auteurs de cet acte lâche".

Il souligne que depuis de "longues années", la CDAMO a œuvré aux côtés des autorités locales et des Croyants unis pour la paix de Beauvais "à préserver un esprit de fraternité et de partage entre toutes les composantes de la société".

Kamal Dridi, président de l'association des musulmans du Beauvaisis, s'est dit "personnellement choqué parce que c'est la première fois que ça a été fait dans cette mosquée qui existe depuis 1983". Il souligne la colère de la communauté musulmane, mais pas seulement. Le sentiment est partagé "par tous les Beauvaisiens, ce n'est pas que les Musulmans, ça a touché tous les citoyens, ça a touché la République".

Le Conseil français du culte musulman, de son côté, "condamne fermement ces actes haineux et exprime sa pleine solidarité" avec la mosquée.

Il ajoute : "face à la recrudescence de ce type de provocations, nous appelons les mosquées à déposer systématiquement plainte auprès des services compétents". Mais aussi de se "rapprocher des services préfectoraux afin de s'équiper de dispositifs de vidéosurveillance".

Deux plaintes vont être déposées

L'association des musulmans de Beauvais note que cet "acte haineux", qui rappelle "les incidents similaires survenus à Cherbourg et Valence", ne peut être "toléré dans une société qui se veut respectueuse des droits et libertés de chacun".

Ils interpellent le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, à prendre "les mesures nécessaires" pour que les forces de l'ordre recherchent "activement les auteurs afin de les traduire en justice". Ils appellent également la préfète de l'Oise "à condamner avec la plus grande fermeté ces agissements et à apporter son soutien à l'ensemble de la communauté musulmane".

Une plainte sera déposée ce mardi 26 décembre. Ils attendent que "le procureur soit saisi de cette affaire avec la diligence requise" et comptent "sur les forces de police pour mener une enquête rapide et exhaustive, permettant ainsi l'effacement de ces tags et le retour à la quiétude de notre communauté".

La municipalité compte également déposer plainte. Une enquête est en cours pour retrouver le ou les individus derrière ces tags. L'inscription sur la mosquée a été effacée dans la matinée.

Avec Lucie Caillieret / FTV