"C'est toute notre vie qui est brisée" : après la mort de Shanon, 13 ans, des suites d'un viol, sa mère témoigne

Shanon, 13 ans, est décédée le 27 mars 2024 des suites de ses blessures, après avoir subi un viol à Rantigny (Oise), trois semaines plus tôt. Dans l'attente des résultats de l'autopsie, la famille vit dans l'horreur. La mère de la collégienne, originaire de Cauffry (Oise) témoigne aujourd'hui.

Elle devait fêter son 14e anniversaire le vendredi 5 avril, en compagnie de son jumeau, de ses parents et de ses deux frère et sœur. "C'est toute notre vie qui est brisée" confie Ludivine, la mère de l'adolescente. 

Shanon, collégienne résidant à Cauffry, petite commune de l'Oise, est morte le 27 mars dernier, au centre hospitalier d'Amiens, après trois semaines plongée dans le coma. "On me dit que ma fille ne reviendra peut-être pas, car les séquelles sont très lourdes et que le pronostic vital est engagé, avance la mère de Shanon.

Je ne cesse pas d'y croire, j'ai l'espérance de revoir ma fille me parler, me sourire.

Ludivine, mère de Shanon

Deux jours avant son décès, les médecins préviennent la famille de la nécessité d'interrompre les soins, "car elle souffre trop, explique la maman, et nous voulions qu'elle parte en paix.

"À ce moment-là, mon monde s'écroule"

Trois semaines plus tôt, le 6 mars, l'adolescente se rend chez une de ses meilleures amies, à Rantigny, à quelques kilomètres de chez elle. Sa mère la dépose en voiture en début d'après-midi. "Elle m'a dit 'à tout à l'heure maman'". Deux heures plus tard, elle reçoit un appel : "on me dit que Shanon a fait un malaise, je suis tout de suite partie chez sa copine et à mon arrivée ma fille était sans vie."

La jeune fille est héliportée au CHU d'Amiens. À son arrivée, la famille apprend qu'il ne s'agit pas seulement d'un arrêt cardiaque. Shanon a subi des violences. "À ce moment-là, mon monde s'écroule" explique Ludivine. Selon l'avocat de la famille, Me Frédéric Le Bonnois, Shanon a été retrouvée "dans une mare de sang avec une plaie béante au vagin et en arrêt cardiorespiratoire. Nous ne savons pas exactement ce qu'il s'est passé."

Que s'est-il passé ? C'est la question que se posent les proches de Shanon depuis cette après-midi du 6 mars. "Pourquoi ma fille et cette copine se sont vues ? Pourquoi ces garçons étaient-ils présents ?" se demande Ludivine. Pour le moment, l'enquête ne permet pas de répondre précisément aux interrogations de la famille qui attend, fébrile, les conclusions médico-légales pour savoir précisément ce qui lui est arrivée. Les résultats sont attendus pour la première semaine d'avril.

Les réseaux sociaux en question

Trois personnes sont mises en examen par le juge d'instruction. Le principal mis en cause, un majeur de 19 ans, est soupçonné d’avoir agressé et violé la victime. D'abord poursuivi pour "viol commis sur un mineur de 15 ans par un majeur avec différence d'âge d'au moins cinq ans", depuis le décès de Shanon, il encourt 30 ans de réclusion criminelle pour "viol ayant entraîné la mort".

Deux autres personnes sont mises en examen, soupçonnées "d'abstention volontaire d'empêcher un crime." L'une est majeure, placée sous contrôle judiciaire ; l'autre, l'amie de Shanon, mineure, est placée sous mesure éducative judiciaire provisoire. Aucune n'a d'antécédent judiciaire.

Se connaissaient-ils tous les quatre ? Comment se sont-ils rencontrés ? "Ma fille les aurait connus via les réseaux sociaux" avance la mère de Shanon. "Je ne sais pas comment, je suis dans le flou, je n'ai pas d'éléments là-dessus."

Avant le drame, la mère de famille n'avait jamais entendu parler de ces deux garçons, mais connaissait bien l'amie de Shanon et sa famille. "C'était sa sœur de cœur. C'était tout pour Shanon cette fille" explique-t-elle.

Elle lui faisait une confiance aveugle.

Ludivine, mère de Shanon à propos de l'amie de sa fille

Avant d'en être empêchées par leurs avocats respectifs, les deux familles ont pu échanger quelques mots après les faits. "Sa maman était, elle aussi, en état de choc. Tous les jours, elle me donnait son soutien."

Obsèques ouvertes aux collégiens

Les obsèques de Shanon doivent avoir lieu dans le courant de la semaine du 8 avril et seront ouvertes aux enfants du collège Simone Veil de Cauffry, où était scolarisée sa fille. "Je veux que ma fille parte avec autour d'elle toutes les personnes qui ont pu lui apporter la joie, le bonheur." La mère demande aux élèves de ne pas se vêtir de noir, de porter des vêtements colorés et d'amener une rose blanche ou rouge, "ses couleurs préférées".

De même, une marche blanche pourrait avoir lieu au départ du collège dans les jours qui suivront les obsèques. Ce mardi, la cellule psychologique mise en place par l'académie d'Amiens se poursuit pour aider les camarades de Shanon à traverser cette épreuve. La cagnotte mise en ligne pour financer les obsèques et soutenir la famille de Shanon est toujours ouverte. Ce mardi après-midi, elle atteignait près de 16 000 €.

Avec Naïm Moniolle / FTV