"C'est un carnage", L’Araignée et L’Équerre, deux grands cerfs de la forêt de Laigue dans l’Oise tués par des chasseurs

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvia Bouhadra
L'Araignée, majestueux cerf photographié en 2020 en forêt de Laigue, dans l'Oise
L'Araignée, majestueux cerf photographié en 2020 en forêt de Laigue, dans l'Oise © Gaëtan Martin

L’Araignée, le plus vieux cerf de la forêt de Laigue dans l’Oise a été abattu par des chasseurs le 16 octobre. Une semaine auparavant, le samedi 9 octobre, un autre cerf emblématique, l’Équerre, était tué. Un vrai "carnage" pour les protecteurs des animaux.

"La dernière merveille de la forêt de la Laigue vient de tomber". Sur Twitter, le Collectif pour l’abolition de la chasse à courre (CACC) a annoncé l’abattage de deux cerfs au parc du château de Francport à Compiègne dans l’Oise.

Réels emblèmes, les deux cerfs les plus anciens et majestueux de la forêt de Laigue, âgés d’une dizaine d’années et surnommés l’Araignée et l’Équerre, ont été tué par des chasseurs lors de chasses à tir.

Le samedi 9 octobre, l’Équerre est tué. Une semaine plus tard, le samedi 16 octobre, l’Araignée tombe à son tour sous les balles des chasseurs. Deux morts qui surviennent en pleine période de brame, période de reproduction pour les cerfs. "Comme chaque année, on a assisté à une véritable chasse aux trophées. C'est un véritable carnage", dénonce le CACC.

"Ils ont été abattus par un lot de chasse du Francport. Ce sont des chasseurs réputés pour tuer les plus gros cerfs", affirme Gaëtan Martin, photographe animalier depuis une dizaine d’années. "Tous les photographes animaliers sont en colère. Cela fait déjà quelques années que des gros cerfs sont tués. Ce n’est plus de la régulation, mais de l’extermination. Même certains chasseurs ne comprennent pas !", continue le photographe. Le 4 janvier 2020, un autre cerf emblématique surnommé Black était abattu lors d’une chasse à courre à Saint-Crépin-des-Bois dans l’Oise.

"Ils n’ont pas respecté la philosophie de la Fédération"

Ces deux abattages ne sont pas non plus au goût de la Fédération des chasseurs de l’Oise : "Ces chasseurs n’ont pas respecté la philosophie de la Fédération", affirme Guy Harlé D’Ophove, le président de la Fédération.

Ils ont prélevé deux grands cerfs. Ils n'auraient dû en prélever qu’un. Parce que la règle édictée par la fédération est que lorsqu’il y a une attribution, elle ne doit pas dépasser 20 % des grands cerfs. Ils en avaient prélevé un quinze jours avant, ça suffisait. L’autre prélèvement devait être fait sur un petit cerf. 

Guy Harlé D’Ophove, le président de la Fédération des chasseurs de l'Oise

Le président de la fédération explique toutefois que ces actes de chasse n’ont rien d’illégaux. "Légalement, ils n’ont rien à se reprocher, mais c’est une convention que nous avions avec les chasseurs. On peut se faire plaisir une fois en prélevant un grand cerf, mais lorsqu’il y a plusieurs attributions, les autres, doivent être des petits cerfs". Guy Harlé D’Ophove annonce également des sanctions envers ces chasseurs. "L’année prochaine, on va réduire leur plan de chasse. Ils n’ont pas joué le jeu donc on va le réduire pour le rééquilibrer. Je suis navré qu’ils aient fait ça", conclut-il.

Dans l'Oise, la chasse est ouverte du 19 septembre 2021 au 31 mars 2022.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.