Coronavirus : une famille créé un site de vente en ligne pour soutenir les petits commerces près de Chantilly et Senlis

Il y a deux semaines, David Monserand et son fils Matthieu ont créé un site web pour soutenir les petits commerçants de Chantilly et Senlis, dans l’Oise. En ligne, les clients peuvent acheter un bon d’achat à dépenser chez le commerçant de leur choix dès la fin du confinement.  
 
David et Matthieu Monserand ont créé un site pour soutenir les petits commerçants autour de Chantilly et Senlis, dans l'Oise.
David et Matthieu Monserand ont créé un site pour soutenir les petits commerçants autour de Chantilly et Senlis, dans l'Oise. © D. Monserand
Dans la famille Monserand, le père est ingénieur et le fils est étudiant en marketing digital. Ensemble, David et Matthieu ont développé un site de vente en ligne en seulement trois jours pour aider les petits commerces de leur secteur.

Installée à Avilly-Saint-Léonard, dans l’Oise, la famille a fait appel aux collectivités locales autour de Chantilly et de Senlis afin qu’elles passent le message aux commerçants. "On a commencé à les référencer sur notre site et l’offre a grandi petit à petit, explique David, le père de famille. Aujourd’hui, on a une soixantaine de boutiques qui sont référencées sur environ 15 communes"
 
 

Des bons d’achat pour aider les commerçants

Le concept est simple : sur le site, le client peut acheter un bon d’achat en ligne. Après le paiement, il reçoit une confirmation ainsi qu'un numéro de commande par mail. Ce bon d'achat pourra ensuite être utilisé dans la boutique choisie dès sa réouverture. 

Bijouteries, salons de coiffure, magasins de fleurs et prêt-à-porter, épiceries, restaurants : tous les types de commerces sont référencés. "Les bons d’achat vont de 10 à 100 euros et les paiements sont reversés à chaque commerçant. Ça leur fait une trésorerie immédiate pendant la fermeture pour payer les charges, même s’il n’y a pas de chiffre d’affaires".
 

Wanda Leclerc fait partie des commerçants inscrits. Propriétaire d’un magasin de chaussures à Chantilly depuis 30 ans, elle a déjà vendu une quinzaine de bons d’achats sur le site de David et Matthieu, ce qui représente environ 900 euros. "Ça va permettre de payer les charges, les factures d’alarme et de téléphone. Evidemment, ça ne va pas me sortir de cette mauvaise passe mais ça aide quand même un peu. Et puis voir cet élan de solidarité, ça fait du bien au moral".

Lydie Munoz a elle aussi été surprise par le succès de cette initiative. Propriétaire d’un institut de beauté à Chantilly depuis 13 ans, elle a dû mettre ses deux salariés au chômage partiel au début du confinement. "J’ai une clientèle très fidèle et c’est touchant de voir que les gens s’intéressent à nous et ne nous laissent pas tomber. Ça me génère un peu de trésorerie et ça m’aide parce qu’aucun argent ne rentre dans la caisse".
 
En proposant des bons d’achat de 50 euros, Lydie a déjà récolté 750 euros en deux semaines. "J’en suis la première étonnée ! Je ne savais pas du tout ce que ça allait donner quand je me suis inscrite".

De leur côté, David et Matthieu Monserand continuent de référencer de nouveaux commerces. Depuis l’ouverture de leur plateforme de vente, ils vendent en moyenne 1000 euros de bons d’achat chaque jour.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie