Coronavirus : plusieurs associations de Creil lancent "la cagnotte des 3 euros" pour aider des familles précaires

Début avril, 4 associations de l’Oise ont lancé une cagnotte en ligne pour acheter de la nourriture et des produits d’hygiène. Ces achats seront redistribués à une centaine de familles du bassin creillois en situation de précarité.
 
Vendredi 17 avril, une trentaine de familles ont pu récupérer leurs paniers dans les locaux d'Emmaüs à Creil
Vendredi 17 avril, une trentaine de familles ont pu récupérer leurs paniers dans les locaux d'Emmaüs à Creil © D. Marseille
"À cause de la crise sanitaire, les associations de dons alimentaires ont des actions limitées. On s’est dit qu’on ne pouvait pas laisser les gens précaires dans cette situation". Au début du confinement, quatre associations présentent dans le bassin creillois ont décidé de s’unir pour venir en aide aux plus démunis.

Composé de la "Ligue des droits de l'Homme", "Solidarité sans papiers Creil", "Communauté Emmaüs du Clermontois" et "100 pour un toit Oise", le collectif a réuni une quinzaine de bénévoles qui distribuent des paniers gratuitement aux plus précaires. "Dans ces paniers, on met du lait, de l’alimentation pour bébé si besoin, des produits alimentaires non périssables, une baguette de pain mais aussi du savon, des masques en tissu et du gel hydroalcoolique" énumère Didier Marseille, président de l’association Communauté Emmaüs du clermontois.  

Ce vendredi 17 avril, une trentaine de familles ont pu récupérer leur colis dans les locaux d’Emmaüs, situés rue Ribot à Creil. 
 
Mais grâce à la cagnotte en ligne lancée début avril, une centaine de familles devraient bientôt bénéficier de ces dons. En deux semaines, près de 4000 euros ont déjà été récoltés. "Chacun peut donner ce qu’il veut à partir de 3 euros, souligne Didier Marseille. Avec l’argent récolté on va aussi pouvoir étendre notre action sur le clermontois".
 

On ne veut pas être de simples spectateurs


Le collectif devrait poursuivre cette œuvre caritative jusqu’à la fin du mois de juin. "C’est vrai que ce n’est pas notre cœur d’action habituel mais on poursuit malgré tout nos buts humanitaires, ajoute-t-il. On a décidé de se réunir our avoir un réseau le plus large possible pour pallier les carences de l’Etat. Ces familles manquent de produits d'hygiène et ne peuvent pas forcément respecter tous les gestes barrières. On ne veut pas être de simples spectateurs".

Pour identifier les familles "très précarisées dans le cadre particulier de la pandémie", les associations ont fait appel aux acteurs sociaux du bassin creillois : Restos du cœur, Secours populaire, Croix-Rouge mais aussi aux foyers d’hébergements ou aux centres communaux d’action sociale.

Soutenu financièrement par le groupe Vinci, le collectif a décidé de louer un camion pour les trois prochains mois afin de faire des distributions au plus près des gens dans le besoin. "On va se déplacer directement devant les structures d’hébergement ou les hôtels réquisitionnés" conclut Didier Marseille. Et si la cagnotte marche bien, on investira aussi dans une laverie mobile pour permettre à tout le monde de laver son ligne dans de bonnes conditions". 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société solidarité