Creil : un policier blessé par un tir de mortier lors d'une nouvelle nuit de violences urbaines dans l'Oise

Dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 mai, de nouvelles violences urbaines ont éclaté à Creil. Les échauffourées avec la police ont fait un blessé du côté des forces de l'ordre qui font face à une multiplication de cas similaires. 
Un policier a été blessé par un tir de mortier lors d'une intervention à Creil
Un policier a été blessé par un tir de mortier lors d'une intervention à Creil © FREDERIK GILTAY - FRANCE 3 NPDC
Une nouvelle nuit de violence à Creil. Mercredi 27 mai dans la soirée, les forces de l'ordre sont dépéchées dans le quartier du Plateau Rouher au sud de Creil. Des feux de poubelles ont été déclarés. À leur arrivée sur place, les policiers sont pris à partie par des jets de projectiles. 

Un policier blessé

Pavés, feux d'artifices, bouteilles incendiaires sont jetées sur les forces de l'ordre. Un blessé est à déplorer dans les rangs des forces de police, qui n'ont pu procéder à aucune interpellation. 
 
 "C'est un mode opératoire classique, qui augmente en termes de régularité et d'intensité, confie au téléphone Olivier Dimpre, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) de l'Oise. D'abord ils mettent le feu à des poubelles pour faire venir les policiers et les pompiers. Puis ils attaquent lorsqu'on arrive sur place". Dans le même temps, des violences ont également éclaté dans le quartier de la commanderie à Nogent-sur-Oise. 
 
"C'est de plus en plus fréquent", soupire-t-il. Dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 mai déjà, des violences urbaines avaient éclaté à Nogent-sur-Oise. Les quatre individus interpellés sont présentés au parquet ce jeudi 28 mai en début d'après-midi.

"Pendant le confinement, c'était déjà difficile de faire appliquer les règles dans certains quartiers, explique Olivier Dimpre. Ça s’est calmé. Mais depuis début mai, il y a une multiplication des cas d’aggressions, de violences urbaines et une plus grande intensité en terme de violences", conclut-il.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence faits divers déconfinement société police sécurité