Crépy-en-Valois : épuisé par la "violence" de l'obligation vaccinale, le médecin du 1er mort du Covid cesse son activité

Médecin généraliste depuis 35 ans, Philippe Pinilo ne s'est pas rendu à son cabinet mercredi 15 septembre. Confronté à l'épidémie de Covid à Crépy-en-Valois en février 2020 où l'un des premiers clusters s'était formé, il est aujourd'hui opposé à l'obligation vaccinale a décidé d'arrêter d'exercer.

Nous le retrouvons chez lui, dans sa maison de Crépy-en-Valois. En ce mercredi 15 septembre, Philippe Pinilo a décidé de ne pas se rendre à son travail. Il est médecin dans un cabinet qu'il partage avec son frère.

Ce jour-là, seuls les soignants qui ont entamé un parcours vaccinal peuvent se présenter à leur travail. Philippe Pinilo, médecin généraliste depuis 35 ans, refuse de se faire vacciner. Ce n'est pas le vaccin qu'il remet en cause, mais l'obligation vaccinale imposée par le gouvernement. Derrière cette décision, non pas de la colère, mais beaucoup de lassitude. "Je suis tout simplement fatigué et épuisé. Je n'arrive plus à subir ces contradictions, ce brouhaha médiatique, ces informations qui nous éloignent de la réalité, soupire-t-il. On veut que l'on soit pour ceci ou pour cela, que l'on ait un avis tranché. Mais en vrai, ce n'est pas possible, la vie en société, c'est aussi d'être ni pour ni contre."

En février 2020, il a été le premier médecin du patient décédé du Covid en France. "C'était une année particulière, comme il y en a eu dans d'autres domaines. Mais aujourd'hui c'est vrai que j'en ai marre de toute cette violence et du fait de ne plus pouvoir être acteur de ses choix."

"J'ai aujourd'hui besoin d'être acteur de ma vie"

Témoin de la souffrance de certains de ses patients, il raconte s'être souvent retrouvé dans certaines situations incompréhensibles pour lui. "Je pense à une personne âgée qui se fait insulter par son soignant parce qu'elle ne veut pas se faire vacciner. Je pense à ces personnels soignants qui veulent tout simplement pouvoir choisir et à qui ont dit : c'est ça ou vous n'aurez plus rien, vous n'êtes plus socialement des individus comme les autres."

Ayant contracté le Covid en août dernier, Philippe peut bénéficier d'un report de quelques mois pour continuer à exercer. Mais il se laisse encore un peu de temps de réflexion. "Un matin, je me suis levé avec la nausée et en me disant que je n'étais plus capable d'aller au travail. Mais se reconnaître souffrant pour un soignant c'est difficile parce que vous accompagnez tellement la souffrance que parfois vous en oubliez que vous êtes un homme comme les autres. J'ai aujourd'hui besoin d'être acteur de ma vie, de mes choix et de créer ce monde dans lequel je veux vivre et que je veux transmettre à mes enfants."

Dans les Hauts-de-France, il n'est pas le seul médecin opposé à l'obligation vaccinale. Cependant, ils sont une très grande majorité à être vaccinés. Au 31 août 2021, 95% des professionnels de santé libéraux de la région avaient reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19