Logement social : jusqu'à dix ans d'attente pour un appartement dans l'Oise

Publié le Mis à jour le

Entre deux ans et demi et dix ans, c'est le délai d'attente nécessaire à l'obtention d'un logement social dans le département de l'Oise. Le nombre de demandes est en constante progression ces dernières années, parallèlement, l'offre est insuffisante.

Plus de 23 000 foyers attendent l'attribution d'un logement social dans l'Oise en 2022. Le chiffre est en constante augmentation depuis 7 ans.

Il est passé de 19 272 en 2015, à 23 231 cette année. Cela concerne les nouvelles demandes comme les demandes de mutation (des personnes qui occupent déjà un logement social mais qui souhaitent en changer, pour obtenir plus grand par exemple). Actuellement, il faut compter entre deux ans et demi et dix ans, selon la localisation et la dimension pour obtenir un bien.

Le département n'est d'ailleurs pas le seul touché. La Fondation Abbé Pierre préconise de construire 150 000 logements sociaux sur le territoire national, dans son 27e rapport sur le mal-logement publié ce 1er février. 

Des constructions de logements insuffisantes

Plusieurs facteurs causent l'explosion du nombre des demandes. De moins en moins de ménages quittent leur logement pour accéder à la propriété ou à la location hors parc HLM. Le taux de rotation est passé de 10% à 7%.

Autre facteur : la construction de nouveaux logements sociaux reste insuffisante. En 2020, 87 000 logements sociaux ont été agréés, loin des 110 000 visés cette année-là, et encore plus loin de l'objectif de 150 000, inscrit en 2018 dans la loi de Finances. Il faut ajouter à cela les retards de chantier liés à l'épidémie de Covid-19.

Pour tenter de réduire ces listes d'attente, la SA HLM de l'Oise a mis en place en septembre dernier un nouveau dispositif pour favoriser la mutation de ses locataires. Le "parcours résidentiel" vise à mieux accompagner les locataires dans leur changement de vie, et les diriger vers un logement plus petit ou plus grand en fonction des besoins. 

Mais cela reste insuffisant. Vincent Peronnaud, le directeur de l'Office public d'aménagement et de construction (OPAC) de l'Oise préconise la construction de nouveaux logements.

La Somme et l'Aisne moins touchés

Les autres départements picards manquent également de logements, même si dans l'Aisne et la Somme, les demandes sont constantes.

Amsom Habitat, office public du logement dans le département de la Somme, relève 10 000 ménages en demande de logement. 40% sont des personnes déjà logées, en demande de mutation.

Là aussi, on remarque un taux de rotation plus faible que dans les années précédant l'épidémie de Covid-19. "Il est de 8% cette année, contre près de 10% en 2020", détaille David Quint, directeur général d'Amsom habitat.

C'est dans le département de l'Aisne que le délai d'attribution moyen d'un logement est le plus court, environ six mois. Tous bailleurs confondus, fin 2021 dans l'Aisne, on compte 9 950 demandes actives de logement, des chiffres stables ces trois dernières années.