Oise : changer de vie et ouvrir une épicerie bio en vrac

© Dorothée Piérard
© Dorothée Piérard

Dorothée Piérard est une jeune maman sensibilisée à un mode de consommation responsable. Elle s'est lancée dans un projet de boutique Bio Sans Emballage, après avoir passé 16 ans à travailler en parapharmacie.

Par Halima Najibi


Depuis qu'elle a imaginé son projet d'épicerie bio en vrac, Dorothée Piérard poste régulièrement les avancées de sa future entreprise sur sa page Facebook, ainsi que des conseils anti-gaspillage.

Maman de trois enfants, Dorothée a pris un congé parental de deux ans. Ce changement de cap dans sa vie a fait qu'elle a eu envie de revenir à une vie plus saine. "Lorsque j'ai arrêté, côté financier, c'était un peu plus difficile. On continuait à consommer énormément, en jetant beaucoup de choses, j'ai pris alors conscience de l'importance "de manger mieux de jeter moins". En pianotant sur Internet, j'ai trouvé une épicerie en vrac à Nantes. Je me suis dit, c'est le genre de vie qui me convient dans un petit village. Au début, on m'a dit, tu régresses, et puis on a fait un petit potager avec les filles, je me suis mise à faire mes propres produits, le déodorant, le dentifrice par exemple. On a changé notre mode de vie."

Privilégier les circuits courts



"Dans mon épicerie, on trouvera que des produits majoritairement Bio, j'ai privilégié les circuits courts. Tous les produits ne viendront pas de France ( le chocolat, je n'ai pas encore vu de cacaotier dans le coin, mais faites moi signe si vous en trouver). Il y aura des articles conçu par des artisans de la Région, des articles fait mains, bref, je suis restée dans mon idée principale de favoriser le Bio, le Local et les Circuits Courts. Je mettrai en place des animations pour que les artisans puissent venir partager et proposer leurs produits." Dorothée proposera aussi des ateliers pour apprendre à faire soi-même ses produits. Bref, il y aura de l'animation chez Pensée Vrac.

La jeune entrepreneuse souhaite que l'alimentation bio et durable ne soit pas élitiste. "Il y a bien sur une clientèle branchée bio, mais je pense aussi aux personnes à faible revenu. Les gens veulent retrouver une vie plus saine, comme celle de grands-parents, qui vivaient avec les produits de saison et surtout des produits locaux." Dorothée a choisi le cap vers lequel elle souhaite aujourd'hui faire naviguer son bateau. "Mes enfants font aussi attention aux déchets, je me dis que c'est leur enseigner de belles valeurs"

Un projet qui avance



Son plan de financement étant fait, Dorothée a recherché pendant des mois un local pour son épicerie aux alentours de Liancourt. Et à force de persévérance, ses recherches ont porté leurs fruits. Cette semaine, elle a eu une bonne nouvelle, elle a trouvé un local en location à Liancourt. Prochaine étape les rendez-vous avec les banques. Dorothée reste confiante quant à l'aboutissement de son projet. On lui souhaite bon vent !

Bouzincourt (80): inhumation des corps de deux soldats britanniques

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne