Paris-Roubaix : Matteo Trentin, Alexander Kristoff... Crevaisons en chaîne sur les premiers secteurs pavés

Trois heures après le début du Paris-Roubaix, les premiers dommages se font sentir. Le premier secteur pavé a été sans pitié avec les coureurs-cyclistes notamment ceux présents dans le peloton de tête qui ont été plusieurs à crever sur ce périmètre. 

Si la célèbre course Paris-Roubaix a commencé depuis plus de trois heures, l'entrée sur les premiers secteurs pavés a fait de nombreux dégâts. Beaucoup de coureurs-cyclistes se sont retrouvés ralentis voire arrêtés alors même qu'ils étaient présents dans le peloton de tête.
 


Les premiers à avoir leur roue crevée ont été le Sud-Africain Jay-Robert Thomson et le Norvégien Alexander Kristoff. Ce dernier n'a jamais réussi à trouver la clé au sein de cette mythique course.
 Le Norvégien participait à sa dixième édition. En neuf tentatives, il n'a été que deux fois dans les dix premiers. La chance ne semble pas lui sourire pour cette nouvelle édition. Il a crevé une deuxième fois quelques minutes plus tard. Il accumule déjà deux minutes de retard sur le peloton de tête, un retard quasi-impossible à rattraper. 
 

Ils ont rapidement été rejoints par Matteo Trentin, le champion d'Europe, qui s'est retrouvé sans équipier dans le peloton. Il a été obligé de s'arrêter et l'écart avec le peloton s'est réduit pendant ce temps. Une quatrième crevaison a suivi : celle du Néerlandais Sjoerd Van Ginneken.
 
Matteo Trenti retente sa chance, après avoir dû abandonner lors de la précédente édition. 


Autre problème technique et pas des moindres pour l'un des favoris de la course, le Belge Wout Van Aert. Il a rencontré un problème de dérailleur et a dû s'arrêter. Il a finalement réussi à rejoindre rapidement le groupe de tête de la course. Un incident donc mais sans conséquence pour le Belge. 
 

 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité