Athlétisme : le Béthunois Hugues Fabrice Zango bat le record du monde de triple saut en salle

Hugues Fabrice Zango vient de sauter à 18,07m, la meilleur performance jamais enregistrée en salle pour un athlète en triple saut. 

Hugues Fabrice Zango en 2020 à Albi.
Hugues Fabrice Zango en 2020 à Albi. © Lionel BONAVENTURE / AFP

C'est une performance incroyable qui s'est déroulée dans l'anonymat d'un gymnase d'Aubière (dans la banlieue de Clermont-Ferrand) dans le Puy-de-Dôme. L'athlète du Burkina Faso, Hugues Fabrice Zango, 27 ans, licencié à l'Artois Athlétisme, vient de sauter à 18,07m lors de l'épreuve de triple saut indoor du meeting de la ville, ce qui constitue tout simplement le nouveau record du monde de la discipline.

Le sportif du Pas-de-Calais, qui habite à Béthune, est même le premier homme à franchir la barre des 18 mètres en salle. L'ancien record (17,92m en 2011) était détenu par Teddy Tamgho, aujourd'hui son entraîneur. Médaillé de bronze lors des championnats du monde d'athlétisme de Doha en 2019, il ajoute une ligne extrêmement prestigieuse à son palmarès. 

Joint par téléphone, Zango était évidemment "content" de son exploit. "Ce n'est pas tous les jours qu'une performance comme celle-ci arrive. Je vais prendre le temps de savourer", s'enthousiasme-t-il tout en retenue, en mettant en avant le "gros travail" qui a été le sien pour pouvoir dépasser de 30cm sa meilleur performance (17, 77m).

Ces dernières semaines, peu propices au sport pour ceux qui ne le pratiquent que le dimanche, ont été en revanche formatrices pour le Burkinabé : "J'ai eu le droit à des dérogations exceptionnelles pour m'entraîner. J'avais accès au stade couvert de Liévin", explique le triple sauteur.

"On repart au boulot car il ne faut pas s'arrêter là", estime son entraîneur Teddy Tamgho

Pour autant, il a fallu s'adapter. Ses bonds à l'entraînement étaient filmés et commentés à distance, en direct, par Teddy Tamgho, son coach, pas autorisé à l'accompagner. La date du 16 janvier, celle de ce meeting indoor d’Aubière, avait été cochée par les deux hommes. Tamgho et Zango se sont retrouvés à Clermont-Ferrand le 2 janvier pour paufiner les derniers détails. Clin d'oeil de l'histoire, c'est également dans cette salle que Tamgho avait amélioré son ancien record du monde du triple saut en indoor en 2011, il avait alors sauté 17,91m.

La performance est d'autant plus impressionnante qu'elle a été réalisée lors de sa dernière tentative sans les houras, parfois salvateurs, du public. "Le public aide, notamment sur les derniers essais lorsque le physique flanche un peu. Sans lui, ce n'est pas la même adrénaline", reconnait le Béthunois également privé, comme ses confrères, de l'événement sportif de l'année 2020, les Jeux olympiques de Tokyo, reportés. Il n'en a pas pour autant fait une syncope, bien au contraire : "Ca a été tout bénef' pour moi, j'ai pu mûrir un peu plus et progresser physiquement".

L'objectif c'est d'accumuler les sauts à plus de 18 mètres et devenir plus régulier en prévision des Jeux olympiques

Hugues Fabrice Zango

Maintenant, reste devant lui la performance de Jonathan Edwards qui a sauté 18,29m en 1995, en extérieur. Son entraîneur Teddy Tamgho voit visiblement loin pour son poulain : "Nous savions déjà que le record devait tomber. Maintenant on repart au boulot car il ne faut pas s'arrêter là", a-t-il tweeté. 

"L'objectif c'est d'accumuler les sauts à plus de 18 mètres et devenir plus régulier en prévision des Jeux olympiques", tempère celui qui mène également de front un doctorat en génie électrique à la faculté de sciences de Liévin. Cela ne fait pourtant que deux à trois ans que Zango, selon ses dires, a une pratique professionnelle du triple saut. Alors détrôner Jonathan Edwards, il y pense mais n'en fait pas un objectif.

Avant d'ambitionner de marcher sur une légende de l'athlétisme, Zango est attendu sur ses terres dès le 9 février lors du meeting de Liévin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
athlétisme sport