Naufrage au large de Berck : 1 mort, 30 survivants parmi les migrants qui tentaient de traverser la Manche

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ophélie Masure
Une nouvelle fois, les sauveteurs de la SNSM ont été appelés en urgence ce vendredi 14 janvier 2022 : un jeune exilé dans une embarcation en perdition est décédé après être tombé à l'eau
Une nouvelle fois, les sauveteurs de la SNSM ont été appelés en urgence ce vendredi 14 janvier 2022 : un jeune exilé dans une embarcation en perdition est décédé après être tombé à l'eau © Frederik Giltay / FTV

L'alerte a été donnée vers 8h30 ce vendredi matin. Une embarcation en perdition transportant 31 migrants a fait naufrage au large de Berck-sur-Mer. Tombé dans l'eau, un jeune homme en exil est mort.

Une nouvelle fois, les sauveteurs de la SNSM ont été appelés en urgence ce matin. Cette fois, ce sont les équipes de Berck-sur-mer qui ont été mobilisées. Une embarcation en difficulté transportant 31 migrants avait été repérée un peu plus tôt en baie d'Authies.

Arrivés sur place, les secouristes n'ont rien pu faire pour sauver un jeune homme tombé à l'eau. Il est mort d'un arrêt cardio-respiratoire. "Les conditions sont propices. La mer est très calme, une mer d'huile aujourd'hui", nous précise Romain Roger, le directeur de cabinet du maire de Berck-sur-Mer, "mais les températures sont tellement basses". Outre la SNSM, sont intervenus les pompiers, la police nationale, la protection civile de la préfecture et plusieurs navires. 

Des Africains en exil 

Romain Roger s'est dit frappé par la jeunesse des naufragés, "à peine 20 ans en moyenne". La victime serait soudanaise. Dans l'embarcation, il y avait également de nombreux Erythréens. Les vingt-neuf personnes secourues ont pu être accueillies au poste de secours de la plage de Berck pour se réchauffer.

Dans la cité côtière, ce protocole a été mis en place en septembre dernier pour faire face à la multiplication des tentatives de traversées. "Nous leur avons offert un café (…). On ne rentre pas indemne d'un moment comme ça. C'est difficile d'accepter cette situation. On se sent démuni face à un problème qui est national".

Un café pour se réchauffer

Ce drame au large de Berck confirme une nouvelle fois que les réseaux de passeurs se déploient désormais de plus en plus au sud de Boulogne. Lors de son audition récente devant la commission du Sénat, le ministre Gérald Darmanin l'a rappelé. Calais est un point important, mais ça n'est plus le premier.

Face au démantèlement, à la surveillance et à la concurrence, les réseaux de passeurs se réorganisent. "Il y a désormais des départs de la Belgique et des Pays-Bas, mais aussi de la Normandie, de la Somme et même de la Bretagne", avait précisé le ministre.   

De plus en plus de tentatives au sud de Boulogne

Le bateau avec lequel les migrants tentaient de traverser ce matin était un small-boat, ces désormais fameuses embarcations de fortune si mal adaptées à une telle traversée.

Selon les derniers chiffres, plus de 51 000 migrants ont été arrêtés dans leur tentative de traversée en 2021, parfois dans des poids lourds, mais en grande majorité en mer. Sur les dix premiers mois de l'année passée, 36 763 personnes ont été repérées dans les small-boats. Et cela semble donc bien loin d'être terminé. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.