Coronavirus : le centre hospitalier de Béthune appelle les entreprises du BTP à donner leurs masques

Publié le Mis à jour le
Écrit par Noémie Javey

Dans une publication Facebook, le centre hospitalier de Béthune a demandé ce vendredi 20 mars aux entreprises du bâtiment, des travaux publics et de l'industrie de leur transmettre leurs équipements de protections et leurs masques pour faire face à un amoindrissement de leurs stocks. 

C'est un appel à la solidarité qu'a lancé le centre hospitalier de Béthune-Beuvry, ce vendredi 20 mars. Dans une publication Facebook, il demande aux entreprises du BTP (bâtiments, travaux publics et industrie) qui disposent elles aussi d'équipements de protection et de masques, de faire preuve de générosité. 
 
"Si vous n'en avez pas besoin dans les jours ou les semaines qui viennent, nous sommes preneurs de vos EPI (équipements personnels de protection) au cas où nos stocks deviendraient limités", explique ainsi le centre hospitalier de Béthune-Beuvry. 

Pour toutes les entreprises intéressées, il est possible de contacter le centre hospitalier en message privé via leur page Facebook
 

Un appel loin d'être isolé 


De nombreux appels à la solidarité ont été lancés sur les réseaux sociaux notamment celui du maire de Dunkerque qui a appelé lui aussi les entreprises à donner du matériel
 
A Lille, les soignants en première ligne face à l'épidémie du Coronavirus, ont pu bénéficier de nombreux dons venant de restaurateurs et de chefs cuisiniers pour les soutenir. 
 


Les entreprises du BTP déjà sous pression


Depuis le début du confinement, un conflit montait entre le bâtiment qui jugeait intenable de poursuivre ses chantiers et le gouvernement qui y voit une activité essentielle à l'économie. Ce jeudi 19 mars, Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a même accusé la fédération du secteur, la Capeb, de "défaitisme" et de manque de "civisme" pour avoir, selon elle, appelé ses adhérents à un arrêt total.

Finalement, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a tenté de tempérer la situation en reconnaissant qu'il n'était "pas évident de protéger des salariés sur un chantier". Un protocole d'accord serait en discussion, qui selon son issue, devrait permettre ou non à certaines entreprises du BTP de faire don de leurs équipements de protection.