VIDÉO. À Boulogne-sur-Mer, la salle des ventes ne connaît pas la crise grâce à internet

Même si la crise sanitaire due au Covid-19 a bouleversé les habitudes d'achat des français, les salles des ventes se sont bien adaptées. À Boulogne-sur-Mer, comme en France, la majeure partie des enchères se passe désormais sur le web.

Plus de monde dans les ventes aux enchères "en live" que dans les salles des vente
Plus de monde dans les ventes aux enchères "en live" que dans les salles des vente © France 3

En cette période de confinement, les ventes aux enchères ne sont plus autorisées à réunir un public nombreux dans des lieux confinés. C'est pourquoi les salles des ventes proposent une possibilité d’intervention uniquement sur internet à date et horaires fixés. 

À Boulogne-sur-Mer, des lots adjugés par le commissaire-priseur à des acheteurs absents de la salle des ventes, c'est désormais une habitude.

Des ventes sans public

Grace à un site en ligne d’enchères, les clients intéressés peuvent suivre la vente et renchérir en direct depuis chez eux, sur leur ordinateur comme nous l'explique Anne Richmond, commissaire-priseur de l'hôtel des ventes de Boulogne-sur-Mer.

"Lorsque des enchérisseurs en live, depuis leur domicile, vont prendre la main sur l’enchère, un code lumineux va apparaitre sur notre écran, comme si ils se manifestaient physiquement dans notre salle des ventes." Des ventes appelées "en live", réalisées depuis un bureau en présence d'autres collaborateurs et retransmises en direct sur internet.

À Boulogne-sur-Mer, la salle de ventes aux enchères

Même si ce système de "ventes en live" existe depuis plusieurs années, aujourd'hui, le nombre d’inscrits a explosé avec le confinement. "Ce sont de nouvelles habitudes d’achat qui sont apparues" comme le précise Anne Richmond.

"Tout comme les demandes de renseignements qui ont fortement augmentées, pour vérifier l’état des objets, les dimensions car ce n’est pas toujours facile de se projeter sur une photographie. Mais les acheteurs, les clients nous font confiance."

Des ventes qui augmentent

 "Un vrai succès" détaille Dominique Le Coënt-de Beaulieu, commissaire-priseur à Senlis et président du directoire du site de vente en ligne Interenchères. "L'enchère moyenne est passée de 374 euros à 528 euros" se félicite-t-il. 

À chaque vente, ils sont deux fois plus nombreux à s’inscrire. Une contrainte pour le personnel de la salle des ventes qui a nécessité de former les commissaires-priseurs, habitués au public, à la caméra comme à la prise de son.

En 2020, les ventes en live d’inter-enchère, enregistre une croissance de 80%, soit 400 millions d’euros qui ont été adjugés, un record.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Interencheres (@interencheres)

La vente en live à de beaux jours devant elle, même si certains clients ne sont pas prêts à passer au tout virtuel, comme Anne-Marie à Boulogne-sur-Mer. "Je suis de l’ancienne génération. J’ai 72 ans et j’ai besoin de voir, de toucher. Tout ce qui est virtuel, ce n’est pas ma tasse de thé."

Certaines vieilles habitudes ont parfois la vie dure mais c'est aussi le prix qui peut freiner les futurs acquéreurs car en contrepartie de l’achat en live, le client devra verser une commission de 3.6 % au site en ligne.

En attendant la plateforme interenchéres va lancer des ventes 100% en ligne et sans commissaire-priseur !

 

Interenchères, une plateforme qui a vu le jour en 1999

Interenchères fédère plus de 300 maisons de vente. Créée par des commissaires-priseurs, le site permet de publier ensemble et sur un seul endroit, la totalité des lots pour les ventes. Cela va éviter d’avoir pour chaque salle des ventes, un site sécurisé pour les transactions financières et les internautes auront accès à la totalité du marché.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
côte d'opale confinement : conseils pratiques société