Calais : Une centaine de migrants a fait barrage sur la rocade portuaire cette nuit, des routiers pris pour cible

Plus de cent migrants ont fait barrage sur le port de Calais en installant des planches de bois et de détritus. Leur objectif : tenter de monter à bord d'un camion. Un chauffeur routier a été blessé. 

Des migrants ont tenté de s'introduire durant la nuit du vendredi 14 mai au Port-de-Calais.
Des migrants ont tenté de s'introduire durant la nuit du vendredi 14 mai au Port-de-Calais. © DENIS CHARLET / POOL/EPA/Newscom/MaxPPP

Une centaine de migrants a essayé d'entrer dans l'enceinte du port de Calais cette nuit ont investi la rocade Est "en découpant le grillage situé au niveau du chantier du nouveau port", selon les informations de la préfecture du Pas-de-Calais.

"Les migrants ont fait irruption sur l'autoroute, ils ont réussi à faire un barrage à 3h25 du matin, raconte Jean-Marie Puissesseau, président du port. Les camions ont donc ralenti, leur objectif était d'essayer d'embarquer dans un camion." Une initiative vouée à l'échec selon lui car les contrôles sont très stricts. 

Plusieurs camions ont subi des dégradations par les jets de projectiles. "Un chauffeur, légèrement blessé à la tête, a été transporté par les sapeurs-pompiers au centre hospitalier de Calais afin d’y recevoir les soins nécessaires", ajoute la préfecture. 

Un chauffeur, légèrement blessé à la tête, a été transporté par les sapeurs-pompiers au centre hospitalier de Calais afin d’y recevoir les soins nécessaires

Préfecture du Pas-de-Calais

Pour le président du port de Calais, "c'est inadmissible qu'on vienne prendre en otage nos clients, ça me met rouge de colère". Si "ralentir est une chose, caillasser en est une autre". 

Aucune interpellation

La préfecture du Pas-de-Calais ajoute que la circulation a été légèrement impactée le temps de l'intervention des forces de l'ordre.  "Les policiers se sont rendus rapidement sur les lieux et ont fait usage de moyens lacrymogènes pour disperser les individus", détaille-t-elle. Tous les migrants ont fui à leur approche et aucun d'eux n'a été interpellé.  

"On devrait les punir mais personne n'a été pris mais comme ce sont des migrants, on ne leur dit rien, peste Jean -Marie Puissesseau. On les retrouvera dans quelques jours à faire la même chose. Les barrages sur l'autoroute, c'est leur passe-temps favori."

Les barrages sur l'autoroute, c'est leur passe-temps favori.

Jean-Marie Puissesseau

Le personnel de la Direction interdépartementale des Routes (DIR) est intervenu pour déblayer les objets entreposés sur la chaussée. Tout est revenu à la normale aux alentours de 4 heures du matin et le trafic de ferry n'a pas été impacté. 

En visite ce vendredi 14 mai au port, Xavier Bertrand, président de région Hauts-de-France, et Natacha Bouchart, vice-présidente, ont condamné fermement ces actes et ont dénoncé les engagements non-tenus par l'Etat. Gérald Darmanin avait promis la présence permanente de trois compagnies et demie de CRS à Calais en août dernier.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets