Économie. Les 250 ingénieurs et ouvriers chinois ne seront finalement pas accueillis à Cléty, village du Pas-de-Calais

L'annonce mi-avril de l'arrivée pour deux ans, dans des bungalows, de techniciens chinois, avait suscité l'interrogation des habitants de Cléty (Pas-de-Calais). La venue des 250 salariés chinois n'est pas remise en cause mais un autre lieu semble à l'étude pour les accueillir. cela ne sera pas à Cléty, assure le maire Serge Lavogez qui en a informé ses administrés par affichettes.

C'est par un tract distribué par la mairie que les Clétyciennes et Clétyciens ont appris la nouvelle : le petit village de 700 âmes n'accueillera pas, finalement, les ouvriers spécialisés chinois attendus en septembre pour construire le nouveau four de cimenterie EQIOM de Lumbres.

Un temps philosophe, le maire de Cléty, Serge Lavogez, ne cache pas avoir été soulagé la semaine dernière lorsque le président de la Communauté de communes du Pays de Lumbres (CCPL) lui a annoncé l'arrêt du projet. Une décision raisonnable selon lui étant donné les coûts et les implications logistiques : "250 ouvriers sur 11 000 m², construire 150 bungalows, l'assainissement..."

Le projet industriel pas abandonné pour autant

Pour autant, le projet industriel lui n'est pas abandonné, il reste crucial pour l'avenir de la cimenterie et donc pour l'économie locale.

L'hypothèse d'un accueil partiel des ouvriers chinois, dans un camping à Audincthun, 10 km plus au sud, a été évoquée. Sans que le maire d'Aundinthun Samuel Dubelloy, joint par téléphone, ne confirme, ni Jean-Luc Duflos, le propriétaire du camping, qui assure que "rien n'est fait" même s'il "a la possibilité" de loger une bonne partie des personnes concernées dans différentes infrastructures.

Sollicitée, la CCPL n'a pas donné suite à notre demande.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité