Cet article date de plus de 3 ans

Ouragan Irma : à Eperlecques, Diolène a reçu des de sa famille, coincée à Saint-Martin

L'ouragan Irma a fait des ravages à Saint-Barthélémy et Saint-Martin. Une famille originaire originaire de Houlle, près de Saint-Omer, est coincée à Saint-Martin. Diolène Thomas a enfin eu de leurs nouvelles. 
Ce couple et leurs enfants n'ont pas donné de nouvelles depuis mardi.
Ce couple et leurs enfants n'ont pas donné de nouvelles depuis mardi. © MAXPPP et Diolène Thomas
Ils font partie de ces nombreux Français coincés à Saint-Martin. Sylvain Thomas, son épouse Cathy et leurs enfants, tous originaires de Houlle, près de Saint-Omer, vivent- là-bas depuis plusieurs années. Lundi, Cathy a envoyé un dernier sms à sa belle-soeur restée en France. Depuis, plus de nouvelles. "Elle m'a simplement envoyé : "Envoyez-nous des pensées positives". Depuis je n'arrive plus du tout à les joindre", raconte Diolène Thomas, gérante d'un café à Eperlecques, confirmant une information de la Voix du Nord

Cathy et Sylvain étaient encore dans le Nord il y a 15 jours; ils avaient pris des vacances. "On est allés faire du camping dans le marais, en tente. Il y a eu de l'orage ce soir-là et mon neveu m'a dit : "Je ne veux pas mourir". Juste pour un orage. Là, il a du avoir tellement peur", raconte Diolène, très inquiète.

Lundi soir, elle a pu parler à son frère par Skype. Il lui a expliqué qu'il finissait ses livraisons et qu'il allait se retrancher avec sa famille en contre-bas, dans une maison avec un toît en béton. "C'est quelqu'un d'intelligent et protecteur, je pense qu'ils ne sont pas sortis de la maison. Mais j'ai vu sur internet que lorsqu'on est dans l'oeil du cyclone, le ciel bleu revient. J'espère qu'ils ne sont pas sortis. On ne peut pas s'empêcher de penser au pire."


Longue attente


Depuis, Diolène est accorchée à son téléphone, "au cas où il sonnerait". A Saint-Martin, la plupart des communications sont coupées, il faut attendre que les lignes soient rétablies. "Tout le monde m'appelle pour me demander des nouvelles. On n'a pas le droit de pleurer. On pleurera de soulagement quand ils nous appelleront."

Diolène et sa famille ont bien tenté de contacter la cellule de crise mise en place par le gouvernement, sans succès. "Ce qui est fou, c'est qu'on voit les images de l'ouragan à la télévision, sur internet, mais eux les découvriront après tout le monde", conclut Diolène Thomas. 


En République Dominicaine


En République Dominicaine, île vers laquelle se dirige maintenant l'ouragan, on se barricade. Yohann, un jeune homme originaire de Saint-Omer parti là-bas pour être animateur dans un hôtel de Punta Cana, raconte son début de nuit : "On se prépare à recevoir l'ouragan Irma", explique-t-il via Facebook. Dans les photos transmises, on aperçoit les transats replié.

Dans un hôtel de Punta Cana.
Dans un hôtel de Punta Cana. © Yohann


"Les piscines ont été vidées de 40 centimètres. Les transats rassemblés. Les palmiers ont été taillés et on a enlevé les coco", raconte brièvement Yohann. "Tout le mobilier de plage et de piscine est rassemblé et les toitures sont bâchées. Les gens ont des consignes de sécurité et d'isolement dans leur chambre et les restaurants à la plage ont été fermés, avec des planches en bois sur les vitres", conclut le jeune homme. 

Yohann, originaire de Saint-Omer : "A Punta Cana, on se prépare à recevoir l'ouragan Irma"


Edit 07/09 : Diolène a eu des nouvelles de son frère et de sa belle-soeur. Ils vont bien. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers intempéries météo