Blangy-sur-Ternoise : 4 lionnes saisies dans un cirque

Des maltraitances auraient été commises sur les lionnes qui portent la trace de blessures anciennes. Un précédent avec un lion saisi à Evreux, en juin, a été constaté. Le Cirque de Paris risque non seulement de perdre son agrément mais aussi l'ouverture d'une information judiciaire. 

Les 4 lionnes à Saint-Martin-La-Plaine, dans la Loire, au sein de l'association Tonga Terre d'Accueil.
Les 4 lionnes à Saint-Martin-La-Plaine, dans la Loire, au sein de l'association Tonga Terre d'Accueil. © Tonga Terre d'Accueil
Le cirque de Paris était installé à Blangy-sur-Ternoise (Pas-de-Calais) quand quatre de ses lionnes ont été saisies. Les autorités soupçonnent de la maltraitance animale.

Les quatre lionnes, amaigries, viennent d'arriver à Saint-Martin-La-Plaine, dans la Loire, où elles sont soignées par les membres de l'association Tonga Terre d'Accueil. Concernant les soupçons de maltraitance, selon France Bleu Saint-Etienne, "l'une des quatre lionnes a un bout de sa queue arrachée, une autre a été dégriffée, une pratique illégale qui consiste à couper la première phalange et les griffes de l'animal". 

Actuellement, des vétérinaires doivent rendre leurs conclusions pour savoir notamment de quand datent les blessures des lionnes. En fonction de leurs réponses, la Justice pourrait ouvrir une information judiciaire pour maltraitance.  C'est un banal contrôle du Cirque de Paris, dans l'Eure, à Evreux, au mois de juin, qui a permis de découvrir que le cirque en question n'avait un agrément que pour quatre félins. Or, à l'époque, un lion faisait en plus partie de la ménagerie. Il a été saisi à Evreux. Très amaigri, il avait eu les "dents meulées et les griffes coupées", rapporte France Bleu Nord. Actuellement, il va mieux, le lion aurait repris 70 kg en un mois. Contactée par France Bleu Nord, la préfecture de l'Eure, explique que "Nous en sommes au débat contradictoire qui prendra fin le 14 juillet. Le préfet pourrait ensuite prendre un arrêté qui interdirait au cirque la détention d'animaux sauvages"
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter