Le port du masque en extérieur à nouveau obligatoire dans certaines rues du Touquet

Depuis le 17 juin, il n'était plus obligatoire de porter le masque à l'extérieur. La mesure de la ville du Touquet est valable jusqu'au 31 août en raison de l'installation du variant Delta.
Au Touquet, en juillet 2020.
Au Touquet, en juillet 2020. © France télévisions

Les habitants, et les touristes, âgés de plus de onze ans du Touquet (Pas-de-Calais) doivent, depuis samedi 3 juillet, à nouveau porter le masque à l'extérieur dans certaines rues bien définies de la ville : avenue Saint Jean, rue Saint Jean, boulevard Daloz, rues de Moscou, Metz, Londres et Paris et la place Quentovic, soit les endroits les plus touristiques de la ville. Le masque est également obligatoire sur le marché. 

Patrick Senechal, responsable des ambassadeurs Covid de la ville, et donc au contact de la population au quotidien, veille : "il y a parfois des récalcitrants mais nous les obligeons sans les obliger réellement. Nous leur demandons gentiment de bien vouloir porter le masque et cela se passe bien. Ils reconnaissent nos gilets de loin et automatiquement, ils remettent le masque".

Le maire du Touquet assume cette décision. L’important, selon lui, c’est d’empêcher un nouveau confinement lié à la progression du variant Delta. " C’est une mesure effective jusqu'au 31 août ", annonce Daniel Fasquelle, le maire du Touquet. « Vous voyez bien qu’avec le nouveau variant, il y a une reprise du virus, partout en France, et bientôt peut-être aussi sur la Côte d’Opale. Il ne faut surtout ne pas lever le pied et rester extrêmement prudent. On a vécu un très bel été, l’été dernier avec le masque, l’un  n’empêche pas l’autre ».

Une décision applaudie par l’épidémiologiste lillois Philippe Amouyel.

« C’est une bonne initiative, commente l’ancien directeur de l’Institut Pasteur. Appliquée seulement dans les rues du Touquet les plus denses et les plus commerçantes. Compte-tenu du contexte actuel, la mesure se justifie avec l’augmentation des chiffres des contaminations en France.

Depuis une semaine, les chiffres des nouvelles contaminations sont à nouveau à la hausse sur l’ensemble de l’hexagone, une inversion totale de la courbe qui s’explique par la plus grande transmissibilité du variant.

« En cinq secondes, vous pouvez-vous faire contaminer par ce variant Delta, explique le Professeur Amouyel. Une étude australienne l’a démontrée à partir de l’analyse de caméras de surveillance dans les restaurant et les lieux publics. Deux personnes se croisent à l’entrée d’un établissement : l’un, malade, contamine l’autre, en quelques secondes à peine ». Et d’ajouter « Apparemment, ce variant Delta infecte beaucoup plus les voies pulmonaires. La production de virus est beaucoup plus importante qu’avec le variant anglais, ce qui expliquerait sa très grande contagiosité. »

5 à 10 % de la population malade suffit à provoquer la saturation des urgences et engendrer une nouvelle vague. Or il faudrait encore que 30 à 40 % des Français se vaccinent pour que le pays arrive à l’immunité collective face à ce variant Delta

Dans le Pas-de-Calais, le taux d'incidence (le nombre de cas de Covid-19 pour 100.00 habitants) est de 14. Au plus fort de l'épidémie, en novembre 2020, il avait dépassé le chiffre de 600. Depuis le 17 juin, et la décision de Jean Castex, le port du masque à l'extérieur n'était plus obligatoire sur l'ensemble du territoire français.  Le Premier ministre avait néanmoins déjà précisé qu'en "certaines circonstances, quand on se regroupe", le masque resterait obligatoire. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société