Cet article date de plus de 7 ans

Vers une faible participation pour la législative partielle dans l'Oise ?

Les électeurs de la seconde circonscription de l'Oise sont appelés aux urnes ce dimanche 17 mars 2013. Un scrutin qui fait suite à l'annulation de l'élection de l'UMP Jean-François Mancel. Les observateurs attendent une forte abstention.

© AFP
Quelle sera la participation au soir du premier tour de cette législative partielle ? C'est toute la question à la veille de ce jour d'élection dans la circonscription de Beauvais sud-ouest. En juin dernier le scrutin s'était joué dans un mouchoir de poche avant d'être invalidé. Le candidat UMP Jean-François Mancel l'avait emporté avec 63 suffrages d'avance sur la socialiste Sylvie Houssin. Le second tour s'était déroulé dans le cadre d'une triangulaire, avec la présence en rôle d'arbitre de Florence Italiani pour le Front National.

Quels furent les résultats du scrutin de juin ?

19 654 voix (38,97%) pour Jean-François Mancel contre 19 654 voix (38,85%) pour Sylvie Houssin : sur le plan de l'arithmétique la réélection l'an passé du député UMP sortant ne souffrait d'aucune contestation. Le score était certes très serré, mais malgré le bon score du FN (11 185 voix ; 22,18%) l'ancien secrétaire général du RPR était bien le candidat qui avait rassemblé sur son nom le plus grand nombre d'électeurs.

Depuis juin c'est d'ailleurs Jean-François Mancel qui siège tout à fait légitimement sur les bancs de l'Assemblée Nationale pour représenter la deuxième circonscription de l'Oise. Pour mémoire, il n'est pas nécessaire dans le cadre d'une triangulaire d'obtenir 50% des suffrages exprimés pour être élu.

Lors du premier tour le candidat de la droite républicaine était déjà arrivé en tête.
Les résultats du premier tour en juin 2012 dans la seconde circonscription de l'Oise.
Les résultats du premier tour en juin 2012 dans la seconde circonscription de l'Oise. © France 3 Picardie


Mais alors pourquoi vote-t-on à nouveau ?

Compte tenu de cet écart infime de 63 voix entre Jean-François Mancel et Sylvie Houssin, le Conseil Constitutionnel a choisi d'invalider les résultats, estimant qu'un tract distribué par les militants UMP avait pu fausser la sincérité du scrutin. C'est la candidate socialiste qui avait déposé une requête devant la juridiction suprême.

Le tract en question, diffusé à 1300 exemplaires dans les rues de Beauvais, évoquait l'hostilité prétendue de la représentante du PS vis-à-vis de huit projets municipaux dans le quartier Saint-Jean. Or il s'avère que Sylvie Houssin s'était prononcée en faveur de la plupart de ces opérations de renouvellement urbain.

Comme le tract avait été distribué le vendredi précédant le scrutin, autrement dit à la veille de la clôture de la campagne officielle, les sages du Conseil Constitutionnel ont estimé que la socialiste n'a pas été en mesure, faute de temps, de répondre utilement aux accusations de son challenger. C'est cet argument qui a motivé l'invalidation du scrutin et l'organisation d'une nouvelle législative partielle les 17 et 24 mars 2013.

Qui se présente pour cette nouvelle élection ?

Les principaux candidats déjà en lice au mois de juin sont repartis en campagne pour ce nouveau scrutin. A l'époque 11 prétendants se disputaient le fauteuil de député de la seconde circonscription de l'Oise. Cette fois-ci ils ne sont plus que sept. Les électeurs retrouveront par ordre alphabétique les bulletins de Sylvie Houssin (PS), Florence Italiani (FN), Jean-François Mancel (UMP, sortant), Pierre Ripart (Front de Gauche) et Renée Potchtovik (Lutte Ouvrière).
 
© France 3 Picardie


Clément Lesaege (Parti Pirate) et Michel Ramel (sans étiquette) n'avaient pas concouru lors de la première élection. Quand aux autres candidats qui s'étaient présentés en juin, ils ont choisi de ne pas participer à ce nouveau tour de piste.

Pourquoi y-a-t-il moins de chances qu'une triangulaire ait lieu cette fois-ci ?

Pour participer au second tour des élections législatives le code électoral est très clair : il faut être l'un des deux candidats arrivés avec le plus grand nombre de voix ou avoir rassemblé au moins 12,5% des inscrits lors du premier tour. Comme la référence prend en compte les inscrits, et non les votants, une faible participation hypothéquerait de facto la possibilité d'une triangulaire.

Or, en général, les élections partielles suscitent moins d'engouement. Les électeurs étant bien moins nombreux à accomplir leur devoir citoyen, cette barre des 12,5% est beaucoup plus difficile à franchir par les candidats. Pour mémoire, la circonscription de Beauvais sud-ouest comprend 86.000 inscrits environ, ce qui porte le seuil des 12,5% d'inscrits autour de 10.750 voix.

En juin, Florence Italiani pour le Front National s'était donc qualifiée pour le second tour en franchissant cet obstacle grâce aux 11.534 électeurs qui lui avaient apporté leur confiance. A l'époque la participation avait atteint 58,82%. Cette fois-ci elle pourrait bien descendre beaucoup plus bas.
 
© France 3 Picardie

Quelles sont les modalités du scrutin ?

L'élection se déroule dans des conditions analogues à celles d'une législative "normale". Les bureaux de vote ouvrent à 8 heures et se refermeront à 18 heures. Les électeurs des cantons d'Auneuil, Beauvais Sud-Ouest, Chaumont-en-Vexin, Le Coudray-Saint-Germer, Formerie, Grandvilliers, Noailles et Songeons sont invités à se rendre aux urnes.

Si aucun candidat n'obtient la majorité absolue des suffrages exprimés avec un nombre de suffrages au moins égal au quart des électeurs inscrits ce 16 mars, un second tour sera organisé le 23 mars.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections législatives politique