Cet article date de plus de 6 ans

Amiens s'invite au festival d'Aurillac pour un spectacle de démocratie directe

Le spectacle participatif « Le Parlement », né de la rencontre d'une troupe professionnelle et de comédiens amateurs d'Amiens, se joue jusqu'à samedi, en In, au festival de théâtre de rue d'Aurillac. Public et acteurs s'approprient le pouvoir parlementaire entre deux interludes de Didier Super.
Neufs comédiens amateurs d'Étouvie et d'Amiens jouent ces jours-ci dans la cour des grands. Avec la troupe professionnelle de l'Unité, basée en Franche-Comté, ils donnent une représentation au Festival international du théâtre de rue d'Aurillac

Le spectacle, inscrit à la programmation officielle, est totalement participatif. Le public et la troupe forment une micro-société, un parlement éphémère où chacun propose des lois et participe aux débats et aux votes. 

« L'écriture du spectacle s'est faite entre 2013 et 2014 : la troupe de l'Unité est venue à Amiens pour monter le projet avec les habitants d'Étouvie. Ce qui est ressortie c'est que les gens demandaient que la pièce interpelle les politiques, qu'elle fonctionne sur un système de démocratie directe, à l'image de la Commune de Paris, explique Ghislaine Roche, directrice du centre social et culturel d'Étouvie, qui accompagne la troupe à Aurillac. » 

Des lunettes pour voir la vie en rose 

C'est chose faite : la joyeuse équipe se présente le matin à 11h devant son public et recueille les propositions. Une centaine de personnes étaient présentes à la première mercredi. Le soir venu, les projets de lois son débattus et soumis au vote. Les acteurs portent également les projets qu'ils couvent depuis Amiens.

Petit aperçu des propositions entendues mercredi : 
Près de 500 personnes étaient présentes mercredi soir. 

La Brigade d'intervention Théâtrale de Pau et les chanteuses Leonore Stirman et Garance Guierre participent également au show que le chanteur Didier Super rythme d'interludes musicales. « Et la mayonnaise a bien pris, se félicite Ghislaine Roche. »

Entre deux sessions parlementaires, les acteurs lisent des textes qui les inspirent dans le répertoire de Pablo Neruda, Aragon ou Jose Mujica. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
théâtre culture