PORTRAIT. Cyclisme : Cédric Vasseur, le coureur du cru devenu le “boss” des Cofidis

Cédric Vasseur en 2003, en 2014 et en 2018. / © MAXPPP
Cédric Vasseur en 2003, en 2014 et en 2018. / © MAXPPP

Coureur, commentateur, manager, 21 après avoir enfilé le maillot jaune, Cédric Vasseur ne s'est jamais éloigné du cyclisme. Et cet été, il vivra son premier Tour de France à la tête d'une équipe chargée de gagner.

Par Q.V avec Jean-Luc Douchet

À 47 ans, Cédric Vasseur a un CV déjà bien rempli. L'ancien coureur de Steenvorde a rejoint en octobre 2017 l'équipe Cofidis - dont il a longtemps porté le maillot - pour en devenir le manager général.
 

Un Nordiste à la tête d'une équipe nordiste, quoi de plus normal ? "Je l'ai dirigé, et maintenant c'est lui qui me dirige !" s'amuse Alain Deloeuil,  directeur sportif de la formation cycliste, qui voit en lui "quelqu'un de compréhensif, de pro et à l'écoute. Il a encore des choses à apprendre dans le métier, mais il va apprendre vite !"
 
Cédric Vasseur, le coureur du cru devenu "boss" des Cofidis
Intervenants : Cédric Vasseur, Manager général formation cycliste COFIDIS ; Sébastien Thelie; Assistant équipe cyclsite COFIDIS ; Alain Deloeuil; Directeur sportif formation cycliste COFIDIS ; Alain Vasseur (juillet 1997) ; Père de Cédric ; Jean Réveillon (juillet 1997); Ancien directeur des sports; France 2-France 3 ; Frédéric Reytsin; Journaliste La Voix du Nord ; Philippe Raimbaut; Agent de cycliste professionnel - France 3 Nord-Pas-de-Calais - Grand angle de Jean-Luc Douchet et Antoine Morvan, Jean-Michel Carette, Christophe Chojna et Régis Gauvin. Montage de Fanny Duhem. 

Le métier, ça viendra, mais le vélo ça, il connaît. Vainqueur d'une étape du Tour de France en 1997, il arrache le maillot jaune, qu'il garde pendant cinq jours sous les yeux d'une région qui a trouvé son champion.

Et même lorsqu'il raccroche les rayons, en 2007, le Nordiste ne perd pas de vue sa passion en commentant les compétitions cyclistes pour France Télévisions.
 

"J'ai connu beaucoup de satisfaction en tant que commentateur, consultant TV mais y a pas cette adrénaline de la victoire qu'on retrouve quand on est en action sur le vélo ou quand on est dans une structure comme Cofidis" confie-t-il aujourd'hui.

Et aujourd'hui ? "On sait que même si la volonté est là, le physique n'y est plus. J'ai tourné la page."

 

Le rendez-vous du Tour de France


Alors l'ancien maillot jaune se contente de voir grand pour Cofidis, et veut briller pour son premier Tour de France en tant que manager. Quand nous l'avons rencontré lors de sa reconnaissance de la 8e étape du Tour de France entre Arras et Roubaix et ses 22 km de pavés ("Ça va être quelque chose de terrible !") 

"C'est LE rendez-vous, c'est là où il faut se montrer, c'est là où on écrit les pages du cyclisme" s'enflamme le patron des Cofidis. "Si on veut entrer dans l'histoire du cyclisme, il faut briller sur les routes ud tour de France, sinon on n'existe pas."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus